La Chiropraxie et sportifs de haut niveau

Football et chiropraxie

De nombreux sportifs ont recours aux soins chiropratiques. Vous pouvez retrouver le témoignage de certains d’entre eux sur notre page : Sport et Chiropratique.

Voici un autre témoignage de la part de Steve Weatherford, un des joueurs de foot américain qui pendant ces dix années de carrière n’a jamais raté un match pour cause de blessure et il l’attribue aux soins chiropratiques :

«Je recevais des soins chiropratiques depuis l’âge de 14 ans, et c’est la seule raison pour laquelle j’ai été admis dans la NFL (Ligue nationale de football américain)», a-t-il déclaré.

Joueur le plus maigre de l’équipe de son école à 14 ans, il a développé des douleurs au dos lorsqu’il était adolescent dans la salle de musculation. Mais avec l’aide d’un chiropracteur, il a su renforcer son dos et se stabiliser. Il a déclaré qu’il comptait depuis sur les chiropracteurs pour l’entretien hebdomadaire et la prévention des blessures.

Weatherford a joué au football universitaire pour l’Université de l’Illinois et a pris sa retraite de la NFL avec le Super Bowl après son passage avec les Giants de New York. Au cours de sa longue carrière, il a également joué pour les Saints de la Nouvelle-Orléans, les Chiefs de Kansas City, les Jaguars de Jacksonville et les Jets de New York.

« Il y a une raison pour laquelle chaque équipe de la NFL a un chiropracteur disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 », a-t-il déclaré.

Aujourd’hui, les 32 équipes professionnelles ont des chiropracteurs faisant partie de l’équipe médicale complète qui s’occupe des joueurs. En fait les chiropracteurs de chaque équipe de football professionnel effectuent en moyenne 30 à 50 traitements par semaine pendant la saison. Avec une durée de 16 semaines, les 34 chiropracteurs procèdent à 16 320 à 27 200 ajustements (manipulations spécifiques) aux superstars de l’Amérique en seulement 120 jours.

Le Dr Jason Levy de Short Hills est le chiropracteur de l’équipe pour les Jets de New York et les Red Bull de New York. Avant une partie typique des Jets, il traitera de 20 à 30 joueurs pour une variété de problèmes. Mais beaucoup, dit-il, viennent à lui parce que «ils veulent se sentir équilibrés. Les chiropracteurs sont comme des mécaniciens. La chiropratique peut certainement aider le corps à se sentir mieux.

Les soins préventifs sont une grande partie de la programmation d’avant-match chaque semaine, a-t-il déclaré dans un communiqué de presse. En plus d’assister à tous les matchs, il se rend au centre de formation des Jets environ deux fois par semaine. Lui et les autres chiropracteurs de la NFL font partie d’équipes médicales complètes comprenant des chirurgiens orthopédiques, des spécialistes en médecine interne, des entraîneurs sportifs et des kinésithérapeutes.

Les joueurs de football américain, contrairement à la plupart des autres athlètes, sont confrontés à un contact physique à chaque partie du jeu, absorbant souvent des forces appliquées mesurant des centaines de kilos par seconde. La majorité des blessures graves au football sont causées par une atteinte de la colonne vertébrale au niveau cervical. En enseignant aux joueurs de football le fonctionnement de leur colonne vertébrale et les positions à éviter pendant le jeu, en particulier lors des combats, les chiropraticiens peuvent les aider à éviter de nombreuses blessures.

Ceci est particulièrement important pour les jeunes joueurs de football, a déclaré le Dr Robert Haley de Lyndhurst.

Haley, chiropracteur de la première équipe de football de la St. Joseph Regional High School à Montvale, a déclaré dans un communiqué de presse que « chaque collège proposant un programme sportif devrait être associée à un chiropracteur, au moins en tant que consultant ».

Le chiropracteur devrait également être familiarisé avec d’autres domaines de traitement tels que le travail des tissus mous et l’étirement, dit Haley. « Nous devons positionner la chiropratique de manière à ce que les jeunes joueurs de football et leurs parents comprennent qu’elle peut réduire (et non éliminer) les blessures et améliorer les performances. »

Weatherford complète en déclarant : «Les athlètes sont comme une voiture de haute performance. Si les pneus ne sont pas équilibrés, ils ne pourront pas performer au plus haut niveau ».

Douleurs cervicales et maux de dos chronique : la Chiropraxie plébiscitée

chiropraxie et TMS

Les maux de dos chronique et les douleurs cervicales chroniques sont les types de douleur chronique les plus courants. Leur prévalence combinée est estimée à environ 10% à 20% de la population adulte. Bien qu’il existe de nombreux traitements pour la douleur chronique, les manipulations vertébrales effectuées principalement par les chiropracteurs est un des traitements non pharmacologiques les plus recommandés pour ces conditions. Aux États-Unis, environ 30% des personnes souffrant de douleur de dos ont eu recours à la chiropraxie.

Une étude parue en 2018 a analysé un large échantillon de patients souffrant de lombalgie et de cervicalgie chronique aux États-Unis qui ont recours aux soins chiropratiques pour traiter leurs douleurs chroniques.

Les chercheurs ont trouvé qu’en général, la plupart des patients de cet échantillon étaient des femmes blanches avec un haut niveau d’éducation. La plupart ont commencé la chiropratique après avoir essayé d’autres types de soins (médecine générale, acupuncture, massage, kinésithérapie) et un peu moins du tiers ont continué à recevoir d’autres soins pour leur douleur. Ce groupe utilise peu des anti-douleurs opiacés et d’autres médicaments contre la douleur, et la plupart considèrent que le fait d’éviter une intervention chirurgicale est la principale raison du choix des soins chiropratiques. Plus de 90% ont déclaré être très satisfaits de leurs soins chiropratiques.

Les chercheurs concluent que compte tenu de la prévalence de la lombalgie et de cervicalgie chroniques, de la nécessité de trouver des alternatives non pharmacologiques efficaces pour le traitement de la douleur chronique et de la satisfaction à long terme de ces patients vis-à-vis de leurs soins, des études complémentaires sur ces types de patients et les soins proposés sont nécessaires.

Références :

J Manipulative Physiol Ther. 2018 Jul – Aug;41(6):445-455. doi: 10.1016/j.jmpt.2018.02.001. Epub 2018 Aug 16.
Characteristics of Chiropractic Patients Being Treated for Chronic Low Back and Neck Pain. Herman PM, Kommareddi M, Sorbero ME, Rutter CM, Hays RD, Hilton LG, Ryan GW, Coulter ID.

Traumatisme crânien et déclin cognitif

Commotion cérébrale

Selon une étude récente, le fait d’avoir un traumatisme crânien est associé à un déclin cognitif plus marqué à long terme et à un risque plus élevé de démence au cours des 20 années suivantes que s’il n’y a pas eu de traumatisme à la tête.

L’auteur principale de l’étude Andrea LC Schneider, MD, PhD de Université Johns Hopkins, Baltimore, déclare : « Notre étude complète la littérature en fournissant les preuves que  d’une part les traumatismes à la tête sont courants (près de 25% sur les 13000 personnes suivies pendant 20 ans), et que d’autre part, ils sont associés à un plus grand déclin cognitif à long terme et risque accru de démence incidente ».

Les résultats ont été présentés au 143e congrès annuel de l’Association Américaine de Neurologie.

Au cours d’un suivi de 20 ans, 24% des participants ont subi au moins une blessure à la tête. Ces blessures allaient d’une légère commotion cérébrale, avec ou sans perte de conscience, à une lésion cérébrale traumatique modérée à grave.

Après ajustement en fonction de facteurs tels que l’âge, le sexe, la race, l’hypertension et les accidents vasculaires cérébraux, les résultats ont montré que les personnes ayant subi au moins une blessure à la tête présentaient un déclin cognitif significativement plus important que celles n’ayant pas subi de blessure à la tête.

Parmi les blessés à la tête, 25% avaient eu plus d’une blessure à la tête. De plus, il a été observé qu’un plus grand nombre de blessures à la tête était associé à un plus grand déclin cognitif et à un risque de démence incidente.

Références : ANA 2018: 143rd Annual Meeting of the American Neurological Association. Abstract 187, presented October 21, 2018.

Que faire dans le cas d’une commotion ?

Il faut tout d’abord comprendre qu’une commotion cérébrale peut être dû à un choc qui peut être considéré comme léger tels qu’un accident de voiture même à moins de 20 km/h, un choc au football, rugby, hockey, vélo,… Certaines  associations recommandent même d’arrêter de faire des têtes au ballon chez les jeunes et les adolescents au vu des risques encourus. Il faut aussi comprendre qu’il n’est pas nécessaire de taper sa tête pour avoir un traumatisme et que dans certains cas, comme dans le cas d’un accident de voiture, un movement rapide et sec de la tête peut provoquer des dégâts.

Le premier réflexe devrait donc être de consulter son médecin ou l’hôpital pour s’assurer qu’il n’y a pas de dégâts visibles ou graves suite au choc.

Dans notre cabinet et grâce aux techniques d’évaluation et de rehabilitation mises en place, nous travaillons avec des patients avec des cas chroniques qui ne trouvent pas de solutions à leurs problèmes de maux de tête, déséquilibre, manque de concentration, difficultés de la marche, etc. qui sont les symptômes persistants d’une commotion et pour lesquels ils n’ont pas trouvé de solutions, malgré des consultations répétées ou des rééducations qui n’ont pas été spécifiques à leurs problèmes.

Lire plus sur la Commotion Cérébrale sur le site du centre Cerebrostim

Boisson énergisante : même pas une fois ?

Boisson énergisante soda

Selon une étude préliminaire d’une petite étude présentée à Chicago lors des Scientific Sessions 2018 de l’Association Américaine de Cardiologie, boire une boisson énergisante pourrait diminuer de façon significative le fonctionnement des vaisseaux sanguins chez de jeunes adultes en bonne santé.

Anciennement, la consommation de boissons énergisantes a été associée à de nombreux problèmes de santé, notamment au cœur, aux nerfs et à l’estomac. Certains pensent que les effets secondaires cardiovasculaires des boissons énergisantes pourraient être liés aux effets de ces boissons sur la fonction endothéliale ou sur les vaisseaux sanguins.

John Higgins, de l’école de médecine McGovern à Houston et ses collègues ont étudié 44 étudiants en médecine âgés de 20 ans, non fumeurs et en bonne santé, en testant leur fonction endothéliale (des vaisseaux sanguins) avant que chacun d’entre eux ne boive une boisson énergisante de 70 centilitres (équivalent de 2 canettes). Les chercheurs ont répété les tests de la fonction endothéliale 90 minutes plus tard.

Une heure et demie après la consommation de la boisson énergisante, les chercheurs ont vérifié la dilatation induite par le flux artériel chez les jeunes adultes – une mesure par ultrasons indiquant la santé globale des vaisseaux sanguins. Ils ont découvert que la dilatation des vaisseaux avait un diamètre moyen de 5,1% avant la boisson énergisante et était tombée à 2,8% de diamètre après; suggérant une altération aiguë de la fonction vasculaire.

Higgins et ses collègues pensent que l’effet négatif peut être lié à la combinaison d’ingrédients de la boisson énergétique, tels que la caféine, la taurine, le sucre et d’autres plantes médicinales de l’endothélium (paroi des vaisseaux sanguins).

«Les boissons énergisantes étant de plus en plus populaires, il est important d’étudier leurs effets sur ceux qui les boivent fréquemment et de mieux déterminer ce qui, le cas échéant, constitue un modèle de consommation sans danger», ont noté les auteurs.

Références : American Heart Association’s Scientific Sessions 2018

Maux de dos et douleurs cervicales chez les seniors : l’apport de la Chiropraxie

Chiropraxie-douleur-cervicale-seniors

Les douleurs au dos et aux cervicales sont associées à une invalidité et à une perte d’autonomie chez les personnes âgées.
Or les manipulations vertébrales effectuées par des chiropracteurs sont efficaces pour les douleurs cervicales. Une étude parue en 2012 dans le journal médical Annals of Internal Medicine (1) avait même comparé les manipulations vertébrales aux médicaments et aux exercices à la maison (fournis par des thérapeutes à l’hôpital) pour des douleurs cervicales de 2 à 12 semaines. Cette étude avait démontré que les soins chiropratiques étaient significativement plus efficaces que les médicaments à court et long terme.

Il est admis qu’environ 20% des personnes âgées de 70 ans et plus se plaignent d’au moins une douleur cervicale par mois. Parmi cette population, la douleur cervicale est associé et entraîne d’autres problèmes de santé et un sentiment de santé dégradée. Il est aussi admis que les médicaments antidouleur couramment utilisés soient moins prescrits chez les personnes âgées en raison du risque d’interaction médicamenteuse.

Une étude en 2014 (2) a donc entrepris de déterminer l’efficacité des soins chiropratiques chez les seniors. Dans cette étude aussi, les soins chiropratiques associées aux exercices, étaient plus efficaces que les exercices à la maison et des exercices avec d’autres thérapeutes à l’hôpital.

Une dernière étude vient de paraitre en 2018 (3) qui compare les soins pendant une période plus ou moins longues (12 semaines vs 36 semaines) pour les douleurs et incapacités cervicales mais aussi pour les incapacités et douleurs de dos chez les seniors. Les chercheurs ont trouvé que les deux groupes (avec soins à court et long terme) présentaient une amélioration significative en ce qui concerne leurs incapacités, mais sans une différence majeure entre les deux groupes. Tandis que le groupe avec des soins plus longs présentaient une meilleure amélioration de la douleur cervicale et de l’équilibre après des soins à plus long terme (36 semaines). Aucun effets secondaires graves n’a d’ailleurs été constatés dans cette étude.

Ces études montrent que les soins chiropratiques peuvent être une solution naturelle et efficace pour les douleurs fréquemment rencontrées par les seniors et qui pourraient aider à diminuer le nombre de médicaments pris par ces derniers.

Vous pouvez trouver des témoignages de nos patients sur ce que les soins chiropratiques ont pu leur apporter en cliquant ici.

Références :

1 ) Ann Intern Med. 2012 Jan 3;156(1 Pt 1):1-10. Spinal manipulation, medication, or home exercise with advice for acute and subacute neck pain: a randomized trial. Bronfort G, Evans R, Anderson AV, Svendsen KH, Bracha Y, Grimm RH.

2 ) Spine J. 2014 Sep 1;14(9):1879-89. doi: 10.1016/j.spinee.2013.10.035. Epub 2013 Nov 10. Spinal manipulative therapy and exercise for seniors with chronic neck pain. Maiers M, Bronfort G, Evans R, Hartvigsen J, Svendsen K, Bracha Y, Schulz C, Schulz K, Grimm R.

3 ) Arthritis Care Res (Hoboken). 2018 Oct 24. doi: 10.1002/acr.23798. [Epub ahead of print] Short or long-term treatment of spinal disability in older adults with manipulation and exercise. Maiers M, Hartvigsen J, Evans R, Westrom K, Wang Q, Schulz C, Leininger B, Bronfort G.