La Chiropraxie pour les enfants : l’avis des mères

nourrisson problème d'alimentation

Les mères sont satisfaites des soins chiropratiques pour leurs nourrissons

L’objectif de cette étude était d’enquêter sur les avis des mères concernant l’état de leurs enfants avant et après des soins chiropratiques. Cette enquête avait aussi pour but d’évaluer le niveau de satisfaction, le coût des soins ainsi que les effets indésirables des soins. Un deuxième objectif était de rendre compte du profil démographique des nourrissons qui se sont présentés pour des soins dans 16 cliniques de chiropraxie au Royaume-Uni.

Cette étude observationnelle a collecté de manière prospective les avis des mères sur les profils démographiques et les résultats de leurs nourrissons dans plusieurs domaines comportementales. 15 cliniques et la clinique d’enseignement du Collège anglo-européen du Chiropractic University College se sont portées volontaires pour y participer.

Au total, 2001 mères ont rempli un questionnaire d’admission et 1092 ont rempli des formulaires de suivi. Des améliorations statistiquement significatives ont été rapportées pour tous les aspects du comportement du nourrisson étudiés, notamment problèmes d’alimentation, problèmes de sommeil, pleurs excessifs, problèmes de position de sommeil en position couchée, douleurs infantiles et amplitude de mouvement cervicale.

Concernant les mères, les évaluations de la dépression, de l’anxiété et de la satisfaction à l’égard de la maternité ont également montré une amélioration statistiquement significative.

Au total, 82% ont signalé une nette amélioration de leurs nourrissons. De plus, 95% ont déclaré avoir le sentiment que les soins étaient d’un bon rapport coût/efficacité et 90,9% ont évalué leur satisfaction à 8 ou plus sur une échelle de 11 points. Des effets secondaires mineurs spontanément résolus ont été rapportés, mais aucun événement indésirable.

Conclusion des chercheurs :
Dans cette étude, les mères ont indiqué que les soins chiropratiques pour leurs nourrissons étaient efficaces, sûrs et d’un bon rapport coût/efficacité -. Bien que le modèle d’observation ne permette pas de déterminer l’efficacité des soins, les résultats de l’étude indiquent qu’ en moyenne, les changements observés par les mères étaient positifs et pouvaient être cliniquement pertinents.

Références :

Maternal Report of Outcomes of Chiropractic Care for Infants. Miller, Joyce E. et al. Journal of Manipulative & Physiological Therapeutics, Available online 25 April 2019

 

Allaitement et douleurs de dos

Douleurs-dos-maman

Faites attention à votre posture après l’accouchement aussi

Beaucoup de choses ont été dites sur la grossesse et des troubles musculo-squelettiques. Le changement de posture, le déplacement du centre de gravité, la prise de poids, les changements hormonaux,… sont autant de facteurs qui peuvent provoquer des tensions musculaires et des douleurs qui sont d’ailleurs bien corrigées par des soins chiropratiques appropriés (voir notre page femmes enceintes).

Mais ceux qui ont déjà eu des enfants savent qu’après l’accouchement, ce n’est pas fini. Non seulement le corps de la mère peut mettre du temps à revenir à une stabilité structurelle, mais en plus le corps des parents peut être mis à rude épreuve suite à des positions inconfortables : porter le bébé, l’allaiter, le mettre et le sortir de son lit à barreaux, de son siège auto,…

Des chercheurs pakistanais ont donc cherché à savoir si les mères adoptent des positions au moment de l’allaitement qui étaient associés à des troubles musculo-squelettiques. Il ont trouvé que 70,8% des mères allaitaient en tenant leur bébé allongé sur le bras, et que 21,5% allaitaient leur bébé dans une position couchée sur le côté.

Cette étude a montré que la position la plus commune pour allaiter qui était de tenir le bébé sur le bras (position de madone) était associée à des douleurs cervicales. Mais d’autres positions d’allaitement étaient également associées à des problèmes musculo-squelettiques. Cette position de Madone est meilleure pour les très petits bébés ou pour les bébés et les nourrissons qui ont des difficultés à prendre le sein.

En adoptant cette position, les mères étaient plus à l’aise même si cette position a été associée à une douleur cervicale mécanique due à une mauvaise posture de la mère.

Lors de l’étude 26% des participantes n’ont signalé aucune douleur liée à l’allaitement dans aucune partie du corps, tandis que 74% ont déclaré avoir eu des douleurs dans différentes régions pendant et après l’allaitement. Sur 74% des femmes, 38,3% ont signalé des douleurs pendant l’allaitement, tandis que 27,5% ont signalé des douleurs après l’allaitement. Seulement 8,3% ont déclaré que leur douleur était restée constante.

Dans une autre étude effectuée au Niger, les chercheurs ont trouvé que plus de 77% des mères portaient leur enfant dans le dos. Mais cette méthode est associée à des changements biomécaniques et une fatigue musculaire accrue. 82% des mères interrogées ont déclaré ressentir des douleurs lombaires et 74%, des douleurs cervicales-dorsales.

Moins de blocages au niveau du bassin et de la colonne vertébrale grâce à la Chiropraxie permet de passer une grossesse apaisée, un accouchement

Références :
* Rani S, Habiba UE, Qazi WA, Tassadaq N. Association of breast feeding positioning with musculoskeletal pain in post partum mothers of Rawalpindi and Islamabad. J Pak Med Assoc. 2019 Apr;69(4):564-566.
* Ojukwu CP, Anyanwu GE, Anekwu EM, Chukwu SC, Fab-Agbo C. Infant carrying methods: Correlates and associated musculoskeletal disorders among nursing mothers in Nigeria. J Obstet Gynaecol. 2017 Oct;37(7):855-860.

Lombalgie chronique ? Préférez une solution naturelle et efficace : la Chiropraxie

Chiropracteur pour lombalgie

La lombalgie est la principale cause d’invalidité dans le monde.  Une lombalgie chronique peut entraîner une douleur et une invalidité persistantes chez un nombre important de patients. Une étude récente publiée l’année dernière dans le prestigieux journal médical The Lancet a déjà mis en évidence la nécessité de s’éloigner des approches historiques inefficaces et risquées de la lombalgie chronique, notamment la chirurgie et les produits pharmaceutiques (paracétamol et opioïdes), au profit d’approches plus conservatrices. Parmi ces approches il y a les manipulations vertébrales par les chiropracteurs.

Une étude encore plus récente entreprise par un groupe de chercheurs néerlandais vient d’être publiée dans un autre journal médical prestigieux, le British Medical Journal.
Cette revue s’appelle une revue systématique et une méta-analyse, qui sont des types de recherche pouvant avoir un impact important sur la pratique clinique et les recommandations de soins.
Réunissant des essais cliniques publiés antérieurement sur les manipulations vertébrales, cette étude influente a conclu que les effets des manipulations vertébrales sur la douleur et l’invalidité étaient aussi efficaces que les autres approches thérapeutiques usuels utilisées (tels que les médicaments prescrits) et étaient supérieurs aux approches de traitement non recommandées (tels que massage) en termes de réduction de l’invalidité. De plus, ils ont trouvé que les effets indésirables des manipulations vertébrales  étaient mineurs, limités au court terme et principalement axés sur les effets musculo-squelettiques tels que la douleur et la raideur.

Références :
* Rubinstein Sidney M, de Zoete Annemarie, van Middelkoop Marienke, Assendelft Willem J J, de Boer Michiel R, van Tulder Maurits W et al. Benefits and harms of spinal manipulative therapy for the treatment of chronic low back pain: systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials

La Chiropraxie contre la douleur et pour réduire la dépendance aux opioïdes

douleurs cervicale coup du lapin

Une étude récente suggère que les soins chiropratiques pour les douleurs musculo-squelettiques permettent de réduire de façon  significative la prescription et la consommation d’anti-douleurs opioïdes par rapport aux soins non chiropratiques.
Dans une nouvelle revue systématique et méta-analyse, les patients qui ont consulté un chiropracteur pour une douleur musculo-squelettique étaient 49% moins susceptibles de recevoir une ordonnance d’opioïde que leurs homologues qui ont consulté un autre professionnel de santé.

« La prévention de la dépendance aux opioïdes et leur surdosage reste une priorité importante de la santé publique; et dans le cadre d’une stratégie visant à réduire la consommation d’opioïdes, les directives cliniques recommandent désormais de considérer de nombreuses options non pharmacologiques comme un traitement de première ligne avant toute médication » déclare l’auteure principale de l’étude Kelsey L. Corcoran, de la faculté de médecine de Yale.
« Les chiropracteurs  fournissent bon nombre des traitements inclus dans les lignes directrices cliniques pour le traitement initial des douleurs lombaires, des douleurs cervicales et de l’arthrose de la hanche, du genou et de la main », a déclaré Corcoran.
Les résultats ont été présentés ici à la réunion annuelle de l’American Academy of Pain Medicine (AAPM) en 2019 .

« Nous étions curieux de voir si les soins chiropratiques auraient un impact sur la consommation d’opioïdes en aval », a ajouté Corcoran.
Après avoir examiné toute la littérature disponible sur l’utilisation de la chiropratique et la prescription d’opioïdes, les chercheurs ont sélectionné six études portant sur un total de 62 000 patients à inclure dans l’analyse en cours.
La proportion de patients recevant une ordonnance d’opioïdes était plus faible chez les patients chiropratiques.

La recherche a été financée par le ministère des Anciens Combattants et la Fondation NCMIC. Corcoran et Hansen n’ont révélé aucune relation financière pertinente.

Assemblée annuelle 2019 de l’American Academy of Pain Medicine (AAPM): Résumé 107. Présenté le 08 mars 2019.

NDLR : De nombreux états américains; confrontés à des taux de mortalité élevés suite aux conséquences de la consommation des anti-douleurs opioïdes; ont mis en place des recommandations et une prise en charge des soins chiropratiques. Le dernier état en date est le Missouri. Le département de la santé estime que l’ajout de ces nouveaux services réduira réellement les coûts en diminuant les coûts des médicaments anti-douleurs, en éliminant les visites aux urgences et en évitant d’avoir recours à d’autres services médicaux.