Le mal de dos, que dit l’OMS ?

Chiropracteur pour lombalgie
La Chiropraxie efficace pour douleurs de dos chroniques

L’étude commissionnée par l’organisation mondiale de la santé recommande aux professionnels de préférer des soins non médicamenteux et non chirurgicaux pour les problèmes de dos !

Dans un article paru dans le Bulletin de l’Organisation mondiale de la santé, « Care for low back pain : can health systems deliver ? », les chercheurs ont passé en revue des recommandations internationales pour la gestion des lombalgies (douleurs de dos lombaires), soulignant que toutes recommandaient d’éviter les médicaments et la chirurgie dans la mesure du possible.
Ils soulignent également qu’après avoir éduqué les patients sur les douleurs de dos et les avoir exhortés à rester actifs, les praticiens devraient envisager de recommander des thérapies telles que les manipulations vertébrales, le plus souvent effectuées par les docteurs en chiropraxie (chiropracteurs), ainsi que le massage et l’exercice. Les recommandations internationales accordent également la priorité aux thérapies psychologiques et complémentaires, telles que la réduction du stress, le yoga, l’acupuncture et le tai chi, plutôt que les interventions médicales et chirurgicales.

Le consensus croissant que la gestion des douleurs de dos ne devrait pas commencer, ou même impliquer, les médicaments et la chirurgie signifie que les soins offerts aux patients exigent un effort d’équipe multidisciplinaire. Par exemple, un médecin collaborerait avec un chiropracteur, un kinésithérapeute ou un psychologue, ou les trois en même temps pour aider à réduire la douleur des patients, sans médicaments potentiellement nocifs tels que les opioïdes pour lesquels les données récentes montrent qu’elles sont inefficaces pour gestion à long terme de la lombalgie. 

Les soins en équipe avec un chiropracteur donnent de meilleurs résultats

Il a été démontré que le soin de la lombalgie qui impliquerait une équipe multidisciplinaire, y compris les docteurs en chiropraxie, est très efficace dans la gestion de ce problème. Par exemple, l’une des études les plus complètes portait sur neuf établissements médicaux offrant des soins chiropratiques sur place, dont cinq hôpitaux et quatre cliniques. L’étude a inclus 135 intervenants, y compris des docteurs en chiropraxie, d’autres cliniciens, du personnel de soutien, des administrateurs et des patients. Les chercheurs ont constaté que les soins chiropratiques étaient perçus comme ayant une grande valeur chez les patients, les autres praticiens médicaux, et l’administration. Les résultats de satisfaction des patients pour les soins chiropratiques ont été signalés comme étant parmi les plus élevés de tous les praticiens. 

Une autre étude portant sur 750 militaires américains en service actif dans trois sites à travers le pays a révélé que ceux qui recevaient des soins collaboratifs, y compris la manipulation chiropratique intégrée aux soins médicaux habituels, ont signalé une meilleure amélioration de l’intensité du mal de dos et de leur incapacité physique par rapport à ceux qui n’ont pas reçu de manipulation vertébrale.

 Option chiropratique moins coûteuse

Selon les données présentées lors d’un congrès de l’Académie nationale des sciences, de l’ingénierie et de la médecine en décembre 2018, les chiropracteurs sont également les membres les moins coûteux de l’équipe soignante. Les résultats ont montré qu’une approche prudente des soins impliquant des soins chiropratiques ou de la physiothérapie pour les douleurs de dos coûte à l’assureur environ 619 $ par épisode, tandis que les soins primaires coûtent 728 $ et les soins d’un spécialiste coûtent 1 728 $. L’assureur s’attend à ce qu’il puisse économiser 230 millions de dollars et réduire la prescription d’opioïdes de 26% sur deux ans si la moitié de ses membres adoptent d’abord une approche prudente pour les problèmes de dos.

Ces avantages concordent avec les résultats et les recommandations de recherche de l’organisation mondiale de la santé, ainsi que sur l’ensemble croissant des données probantes sur la prise en charge du mal de dos. La prochaine étape consistera probablement à aider les patients à avoir accès à des méthodes de soins prudentes grâce à des mesures incitatives pour les régimes de santé, comme des co-paiements plus faibles et moins de restrictions aux prestations afin qu’ils puissent bénéficier d’un soulagement à long terme et d’une mobilité améliorée.

NOTE : Comme indiqué dans le premier paragraphe, l’article de l’OMS parle de manipulations vertébrales comme choix de traitement. Il faut comprendre que dans le monde, la majorité des manipulations vertébrales sont effectuées par des chiropracteurs et que la majorité des études scientifiques sur les manipulations vertébrales sont entreprises ou effectuées par des chiropracteurs qui ont dans la plupart de ces pays le titre de DC (Doctor of Chiropractic), praticien de premier contact.

Références :

  • Adrian C Traeger, Rachelle Buchbinder, Adam G Elshaug, Peter R Croft d & Chris G Maher. Care for low back pain: can health systems deliver ? Bulletin of the World Health Organization 2019;97:423-433. doi: http://dx.doi.org/10.2471/BLT.18.226050
  • Anthony J. Lisi, Stacie A. Salsbury, Elissa J. Twist, and Christine M. Goertz.The Journal of Alternative and Complementary Medicine.Aug 2018.ahead of printhttp://doi.org/10.1089/acm.2018.0218
  • Goertz CM, Long CR, Vining RD, Pohlman KA, Walter J, Coulter I. Effect of Usual Medical Care Plus Chiropractic Care vs Usual Medical Care Alone on Pain and Disability Among US Service Members With Low Back Pain: A Comparative Effectiveness Clinical Trial. JAMA Netw Open. 2018 May 18;1(1):e180105.

La Chiropraxie pour les enfants : l’avis des mères

nourrisson problème d'alimentation

Les mères sont satisfaites des soins chiropratiques pour leurs nourrissons

L’objectif de cette étude était d’enquêter sur les avis des mères concernant l’état de leurs enfants avant et après des soins chiropratiques. Cette enquête avait aussi pour but d’évaluer le niveau de satisfaction, le coût des soins ainsi que les effets indésirables des soins. Un deuxième objectif était de rendre compte du profil démographique des nourrissons qui se sont présentés pour des soins dans 16 cliniques de chiropraxie au Royaume-Uni.

Cette étude observationnelle a collecté de manière prospective les avis des mères sur les profils démographiques et les résultats de leurs nourrissons dans plusieurs domaines comportementales. 15 cliniques et la clinique d’enseignement du Collège anglo-européen du Chiropractic University College se sont portées volontaires pour y participer.

Au total, 2001 mères ont rempli un questionnaire d’admission et 1092 ont rempli des formulaires de suivi. Des améliorations statistiquement significatives ont été rapportées pour tous les aspects du comportement du nourrisson étudiés, notamment problèmes d’alimentation, problèmes de sommeil, pleurs excessifs, problèmes de position de sommeil en position couchée, douleurs infantiles et amplitude de mouvement cervicale.

Concernant les mères, les évaluations de la dépression, de l’anxiété et de la satisfaction à l’égard de la maternité ont également montré une amélioration statistiquement significative.

Au total, 82% ont signalé une nette amélioration de leurs nourrissons. De plus, 95% ont déclaré avoir le sentiment que les soins étaient d’un bon rapport coût/efficacité et 90,9% ont évalué leur satisfaction à 8 ou plus sur une échelle de 11 points. Des effets secondaires mineurs spontanément résolus ont été rapportés, mais aucun événement indésirable.

Conclusion des chercheurs :
Dans cette étude, les mères ont indiqué que les soins chiropratiques pour leurs nourrissons étaient efficaces, sûrs et d’un bon rapport coût/efficacité -. Bien que le modèle d’observation ne permette pas de déterminer l’efficacité des soins, les résultats de l’étude indiquent qu’ en moyenne, les changements observés par les mères étaient positifs et pouvaient être cliniquement pertinents.

Références :

Maternal Report of Outcomes of Chiropractic Care for Infants. Miller, Joyce E. et al. Journal of Manipulative & Physiological Therapeutics, Available online 25 April 2019

 

Allaitement et douleurs de dos

Douleurs-dos-maman

Faites attention à votre posture après l’accouchement aussi

Beaucoup de choses ont été dites sur la grossesse et des troubles musculo-squelettiques. Le changement de posture, le déplacement du centre de gravité, la prise de poids, les changements hormonaux,… sont autant de facteurs qui peuvent provoquer des tensions musculaires et des douleurs qui sont d’ailleurs bien corrigées par des soins chiropratiques appropriés (voir notre page femmes enceintes).

Mais ceux qui ont déjà eu des enfants savent qu’après l’accouchement, ce n’est pas fini. Non seulement le corps de la mère peut mettre du temps à revenir à une stabilité structurelle, mais en plus le corps des parents peut être mis à rude épreuve suite à des positions inconfortables : porter le bébé, l’allaiter, le mettre et le sortir de son lit à barreaux, de son siège auto,…

Des chercheurs pakistanais ont donc cherché à savoir si les mères adoptent des positions au moment de l’allaitement qui étaient associés à des troubles musculo-squelettiques. Il ont trouvé que 70,8% des mères allaitaient en tenant leur bébé allongé sur le bras, et que 21,5% allaitaient leur bébé dans une position couchée sur le côté.

Cette étude a montré que la position la plus commune pour allaiter qui était de tenir le bébé sur le bras (position de madone) était associée à des douleurs cervicales. Mais d’autres positions d’allaitement étaient également associées à des problèmes musculo-squelettiques. Cette position de Madone est meilleure pour les très petits bébés ou pour les bébés et les nourrissons qui ont des difficultés à prendre le sein.

En adoptant cette position, les mères étaient plus à l’aise même si cette position a été associée à une douleur cervicale mécanique due à une mauvaise posture de la mère.

Lors de l’étude 26% des participantes n’ont signalé aucune douleur liée à l’allaitement dans aucune partie du corps, tandis que 74% ont déclaré avoir eu des douleurs dans différentes régions pendant et après l’allaitement. Sur 74% des femmes, 38,3% ont signalé des douleurs pendant l’allaitement, tandis que 27,5% ont signalé des douleurs après l’allaitement. Seulement 8,3% ont déclaré que leur douleur était restée constante.

Dans une autre étude effectuée au Niger, les chercheurs ont trouvé que plus de 77% des mères portaient leur enfant dans le dos. Mais cette méthode est associée à des changements biomécaniques et une fatigue musculaire accrue. 82% des mères interrogées ont déclaré ressentir des douleurs lombaires et 74%, des douleurs cervicales-dorsales.

Moins de blocages au niveau du bassin et de la colonne vertébrale grâce à la Chiropraxie permet de passer une grossesse apaisée, un accouchement

Références :
* Rani S, Habiba UE, Qazi WA, Tassadaq N. Association of breast feeding positioning with musculoskeletal pain in post partum mothers of Rawalpindi and Islamabad. J Pak Med Assoc. 2019 Apr;69(4):564-566.
* Ojukwu CP, Anyanwu GE, Anekwu EM, Chukwu SC, Fab-Agbo C. Infant carrying methods: Correlates and associated musculoskeletal disorders among nursing mothers in Nigeria. J Obstet Gynaecol. 2017 Oct;37(7):855-860.

Lombalgie chronique ? Préférez une solution naturelle et efficace : la Chiropraxie

Chiropracteur pour lombalgie

La lombalgie est la principale cause d’invalidité dans le monde.  Une lombalgie chronique peut entraîner une douleur et une invalidité persistantes chez un nombre important de patients. Une étude récente publiée l’année dernière dans le prestigieux journal médical The Lancet a déjà mis en évidence la nécessité de s’éloigner des approches historiques inefficaces et risquées de la lombalgie chronique, notamment la chirurgie et les produits pharmaceutiques (paracétamol et opioïdes), au profit d’approches plus conservatrices. Parmi ces approches il y a les manipulations vertébrales par les chiropracteurs.

Une étude encore plus récente entreprise par un groupe de chercheurs néerlandais vient d’être publiée dans un autre journal médical prestigieux, le British Medical Journal.
Cette revue s’appelle une revue systématique et une méta-analyse, qui sont des types de recherche pouvant avoir un impact important sur la pratique clinique et les recommandations de soins.
Réunissant des essais cliniques publiés antérieurement sur les manipulations vertébrales, cette étude influente a conclu que les effets des manipulations vertébrales sur la douleur et l’invalidité étaient aussi efficaces que les autres approches thérapeutiques usuels utilisées (tels que les médicaments prescrits) et étaient supérieurs aux approches de traitement non recommandées (tels que massage) en termes de réduction de l’invalidité. De plus, ils ont trouvé que les effets indésirables des manipulations vertébrales  étaient mineurs, limités au court terme et principalement axés sur les effets musculo-squelettiques tels que la douleur et la raideur.

Références :
* Rubinstein Sidney M, de Zoete Annemarie, van Middelkoop Marienke, Assendelft Willem J J, de Boer Michiel R, van Tulder Maurits W et al. Benefits and harms of spinal manipulative therapy for the treatment of chronic low back pain: systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials

La Chiropraxie contre la douleur et pour réduire la dépendance aux opioïdes

douleurs cervicale coup du lapin

Une étude récente suggère que les soins chiropratiques pour les douleurs musculo-squelettiques permettent de réduire de façon  significative la prescription et la consommation d’anti-douleurs opioïdes par rapport aux soins non chiropratiques.
Dans une nouvelle revue systématique et méta-analyse, les patients qui ont consulté un chiropracteur pour une douleur musculo-squelettique étaient 49% moins susceptibles de recevoir une ordonnance d’opioïde que leurs homologues qui ont consulté un autre professionnel de santé.

« La prévention de la dépendance aux opioïdes et leur surdosage reste une priorité importante de la santé publique; et dans le cadre d’une stratégie visant à réduire la consommation d’opioïdes, les directives cliniques recommandent désormais de considérer de nombreuses options non pharmacologiques comme un traitement de première ligne avant toute médication » déclare l’auteure principale de l’étude Kelsey L. Corcoran, de la faculté de médecine de Yale.
« Les chiropracteurs  fournissent bon nombre des traitements inclus dans les lignes directrices cliniques pour le traitement initial des douleurs lombaires, des douleurs cervicales et de l’arthrose de la hanche, du genou et de la main », a déclaré Corcoran.
Les résultats ont été présentés ici à la réunion annuelle de l’American Academy of Pain Medicine (AAPM) en 2019 .

« Nous étions curieux de voir si les soins chiropratiques auraient un impact sur la consommation d’opioïdes en aval », a ajouté Corcoran.
Après avoir examiné toute la littérature disponible sur l’utilisation de la chiropratique et la prescription d’opioïdes, les chercheurs ont sélectionné six études portant sur un total de 62 000 patients à inclure dans l’analyse en cours.
La proportion de patients recevant une ordonnance d’opioïdes était plus faible chez les patients chiropratiques.

La recherche a été financée par le ministère des Anciens Combattants et la Fondation NCMIC. Corcoran et Hansen n’ont révélé aucune relation financière pertinente.

Assemblée annuelle 2019 de l’American Academy of Pain Medicine (AAPM): Résumé 107. Présenté le 08 mars 2019.

NDLR : De nombreux états américains; confrontés à des taux de mortalité élevés suite aux conséquences de la consommation des anti-douleurs opioïdes; ont mis en place des recommandations et une prise en charge des soins chiropratiques. Le dernier état en date est le Missouri. Le département de la santé estime que l’ajout de ces nouveaux services réduira réellement les coûts en diminuant les coûts des médicaments anti-douleurs, en éliminant les visites aux urgences et en évitant d’avoir recours à d’autres services médicaux.

Un tiers des enfants souffriraient de mal de dos

mal-de-dos-enfants-sac-a-dos

Au vu de ce que les enfants portent dans leur cartable sur le dos, le nombre de ceux qui souffrent de mal de dos est en augmentation.

Selon un sondage réalisé auprès de 3 700 jeunes aux Etats-Unis, un tiers des jeunes âgés de 10 à 18 ans a déclaré avoir eu mal au dos au cours de la dernière année. L’incidence a augmenté avec l’âge et le poids des enfants et était plus élevée chez ceux qui pratiquent des sports de compétition.

Bien que de nombreuses personnes associent probablement des maux de dos aux personnes âgées, le chirurgien orthopédiste qui a dirigé l’étude n’a pas été surpris par ses conclusions.

« Nous voyons beaucoup d’enfants qui souffrent de blessures dues à la surexploitation ou de douleurs articulaires résultant de la pratique de sports », a déclaré le Dr Peter Fabricant, qui soigne des patients en pédiatrie à l’Hôpital de New York. « Parmi ces enfants qui avaient mal au dos, très peu avaient besoin d’une intervention médicale. La plupart n’avaient pas besoin de traitement. »

Selon les National Institutes of Health des États-Unis, environ 80% des adultes souffrent de douleurs au bas du dos à un moment donné. Mais c’est la première fois que l’étendue des maux de dos chez les enfants est estimée à l’échelle nationale, ont déclaré les auteurs. Les jeunes interrogés étaient également répartis par âge et par sexe.

En moyenne, ceux qui ont déclaré avoir mal au dos pesaient plus et avaient un indice de masse corporelle, ou IMC, plus élevé. (L’IMC est une mesure de la graisse corporelle basée sur la taille et le poids.)

Les maux de dos étaient plus fréquents chez les filles que chez les garçons (38% à 29%). Le plus souvent, la douleur touchait le bas du dos.
Près de la moitié ont déclaré avoir mal le soir et plus de 15% ont déclaré que des maux de dos avaient interrompu leur sommeil.

La participation à des sports de compétition était fortement liée aux maux de dos. La plupart des participants au sondage étaient actifs, le basket-ball étant le sport le plus pratiqué, suivi par la danse, le baseball, le football et le football.

Les chercheurs ont ajouté que les sacs à dos qu’ils utilisent pour transporter leurs affaires sont un autre facteur contribuant au mal de dos des enfants. Ceux qui utilisaient une sangle pour porter leur sac à dos ont signalé beaucoup plus de douleurs au dos que ceux qui utilisaient les deux sangles.

Ceux qui utilisaient des sacs à dos à roulettes étaient les plus nombreux à souffrir de dos. Le Dr Fabricant a déclaré qu’il n’était pas clair si la douleur les avait incités à utiliser les sacs à rouler ou si les sacs à rouler contribuaient à leur douleur.

Bien que les perspectives de douleur à long terme ne soient pas claires, le Dr  Fabricant a déclaré « il serait certainement logique » que les enfants souffrant de maux de dos soient plus susceptibles d’en souffrir encore à l’âge adulte.

Le Dr Henock Wolde-Semait est orthopédiste en pédiatrie à l’hôpital NYU Winthrop de Mineola, au New York, qui a examiné les résultats. Il a dit que les résultats reflètent ce qu’il voit dans sa propre pratique.

« Beaucoup d’enfants ont mal au dos pour diverses raisons. On dirait que c’est en augmentation », a-t-il déclaré.

« La majorité d’entre eux s’en sortent bien [sans traitement chirurgical]. C’est pourquoi, dans le passé, cela aurait pu être négligé ou considéré comme acquis », a ajouté Wolde-Semait.

Wolde-Semait a déclaré que le temps d’écran excessif pourrait également jouer un rôle dans le mal de dos des enfants. Il a déclaré que les jeunes devraient rechercher « la modération dans tous les aspects ».

L’étude doit être présentée le 12 mars à la réunion annuelle de l’American Academy of Orthopaedic Surgeons, à Las Vegas. Les recherches présentées lors de réunions sont généralement considérées comme préliminaires jusqu’à leur publication dans une revue à comité de lecture.

Il est important de faire vérifier l’état de la colonne de votre enfant par un spécialiste de la colonne vertébrale qu’est le chiropracteur.

Vrai / Faux : Arrêtons de croire ces clichés sur la santé

Cervicalgie et chiropracteur

Le magazine Marie Claire a récemment publié un article sur “Santé : arrêtons de croire ces clichés”. Super idée ! J’ai voulu rajouter d’autres clichés qui ont la vie dure. Et il y en a tellement qu’il y aura des épisodes 2, 3… comme les blockbusters….

Aujourd’hui quelques uns des clichés sur la santé des articulations :

Il faut se reposer pour un mal de dos : FAUX

Le premier nous concerne directement, nous les chiropracteurs. Et d’ailleurs l’article de Marie Claire en parle, mais un peu vite à mon goût. Parce que pendant de très nombreuses années, les patients nous ont répétés en boucle : “mon médecin m’a conseillé de ne pas bouger et rester au lit et vous me dites qu’il ne faut pas rester au lit mais marcher et bouger…Je ne sais plus qui croire…” 

Et citer toutes les études parues à ce sujet, ne servait à rien. Et voilà que depuis quelques années, le gouvernement, les assurances, le CPAM,… s’y sont mis aussi : il ne faut surtout pas rester au lit pour un mal de dos. Le problème pourrait durer encore plus longtemps. Il vaut mieux marcher, bouger et se reposer pour de courtes périodes. Parfois, dans le cas d’une vrai hernie discale, plus de repos est nécessaire et de toute façon le patient peut avoir du mal à se mouvoir. Mais dans la grande majorité des cas, il faut se lever, marcher, faire de la gym douce, nager (ou même barboter dans l’eau),…

Mes vertèbres sont déplacés et le chiropracteur les remet à leur place : FAUX

chiropraxie et TMS
Les chiropracteurs en première ligne contre les troubles musculo-squelettiques

Pendant qu’on est sur le sujet des vertèbres, une autre tournure de langage mais qui à force est devenu une réalité dans l’esprit de beaucoup. Si j’ai mal au dos, c’est parce que j’ai une “vertèbre déplacée” et mon chiropracteur va la “remettre en place”. 

En fait si vous avez une vertèbre déplacée, voyer plutôt un chirurgien ! Les vertèbres ne sortent pas de leur place (sauf peut-être dans le cas d’une spondylolisthésis, mais c’est un autre débat). Les vertèbres peuvent perdre leur mobilité et se bloquer en raison de faux mouvement, de mauvaises positions quotidiennes, de mauvais mouvements répétitifs, de chocs, d’accidents, etc. Le rôle du chiropracteur est de redonner de la mobilité à l’articulation et de cette façon activer les récepteurs nerveux autour de l’articulation pour que le système nerveux fonctionne mieux. Pour qu’une vertèbre se déplace, il faut un sacré choc et donc un bon chirurgien !

On m’a dit que j’ai une hernie discale et qu’il faut donc nécessairement opérer : VRAI et FAUX

Combien de fois ai-je entendu cela ? Et quand je fais l’examen clinique, le patient est étonné et demande pourquoi je fais tout ça ? Et quand à mon tour je leur demande : “mais on ne vous a pas examiné ?” La réponse est souvent : “Non, le spécialiste a juste regardé le scanner et m’a dit qu’il fallait opérer !” 

Or selon les recommandations internationales seulement 5 à 10% des hernies discales devraient être opérées. Et cette recommandation devrait être basée sur l’imagerie (d’ailleurs de préférence une IRM qu’un scanner) mais surtout si des signes cliniques sont présents à l’examen. C’est-à-dire qu’une opération n’est pas recommandée dans la majorité des hernies discales où il n’y pas de signes cliniques autre que la douleur (qui n’est qu’un symptôme). Dans ces cas, des interventions non invasives comme la Chiropraxie combinée à de la kinésithérapie ont été prouvées efficaces pour la plupart des discopathies. Beaucoup de chirurgiens consciencieux procèdent à un examen clinique minutieux avant de recommander une opération… ou pas. 

L’arthrose est un problème des personnes âgées et se faire craquer ses articulations provoque de l’arthrose : FAUX et FAUX

Qui n’a pas déjà entendu ça ? Il ne faut pas craquer ses articulations parce que cela provoque de l’arthrose. 

Non seulement c’est faux et il y a même eu une étude à ce sujet, mais c’est même plutôt le contraire ! L’arthrose est la mort cellulaire au niveau de l’articulation. La mort cellulaire est le résultat de blocage articulaire et de manque de mobilité. Les cellules du cartilage sont nourries par le mouvement articulaire qui assure la bonne circulation sanguine. Quand les articulations sont bloquées suite à des mauvaises positions, des faux mouvements, des chocs,… les cellules du disque se dessèchent et sous la pression des vertèbres, s’écrasent. Les os autour se déforment et des années après, le patent s’entend dire qu’il a de l’arthrose. Ce n’est pas la vieillesse qui provoque de l’arthrose. On la voit plus souvent chez une personne âgée parce qu’un personne à 70 ans a plus de probabilités d’avoir eu des chocs, accidents, mauvaises postures au travail,… qu’une personne de 20 ans. Mais je vois régulièrement des patients de 70 ans qui n’ont pas d’arthrose sur leur colonne et des patients de 24 ans avec énormément d’arthroses dans leur colonne cervicale parce qu’ils ont eu un sérieux accident de voiture avec coup du lapin à l’âge de 16 ans ! 

Pour finir sur le premier sujet, le fait de faire bouger les articulations en les faisant craquer redonne de la mobilité à l’articulation, ce qui est le contraire du blocage articulaire qui pourrait provoquer de l’arthrose. Donc non, craquer les articulation ne provoque pas l’arthrose !

Mais je conseille de ne pas le faire soi-même pour deux raisons : Tout d’abord quand un chiropracteur fait craquer les articulations, il va justement cibler les articulations qui sont bloquées. Pas tout et n’importe quoi. Quand on fait n’importe quoi on pourrait créer trop de mouvement à des endroits qui n’en avaient pas besoin et donc provoquer une instabilité. L’autre raison est que quand je fais un ajustement chiropratique sur un endroit (un gros mot pour dire quand je fais craquer une articulation), c’est pour avoir un effet plus ou moins spécifique au niveau des récepteurs nerveux et du système nerveux. Quand une personne se fait craquer les doigts ou la nuque n’importe comment ou quand des personnes qui ne sont pas formées comme les chiropracteurs (comme il y en a beaucoup maintenant qui manipulent à droite et à gauche sans une formation longue) manipulent les patients sans comprendre l’effet sur le système nerveux; ils pourraient exciter n’importe quoi au niveau du système nerveux…

On m’a dit que la cause des mes maux de têtes est le stress : FAUX

Le cerveau contrôle l'information de la douleur
La migraine est l’incapacité du cerveau à gérer les informations arrivant au cerveau

Nombre de personnes qui me consultent se sont entendus dire : la cause de vos problèmes est le stress ! Que ce soit pour des maux de tête, des douleurs, un acouphène,… 

Or autant il est vrai que les symptômes peuvent se déclarer pendant un moment de stress ou de fatigue, autant ce ne sont pas les causes de ces troubles. Ce sont simplement les facteurs déclencheurs. Comme pourraient l’être l’alcool, la lumière, une odeur,… pour une migraine. La grande majorité des personnes qui me consultent pour les migraines ont des problèmes de blocages et d’irritations nerveuses à la colonne vertébrale, notamment aux cervicales. C’est ce qui provoque des phénomènes de tension musculaires à la tête et des contractions et dilatations des vaisseau à l’origine de ces céphalées ou migraines. C’est donc en prenant en compte ce qui provoque vraiment les symptômes qu’on peut arriver à corriger ces problèmes et non pas simplement en masquant les symptômes ou en éliminant les facteurs déclencheurs de sa vie. Parce que tôt ou tard un autre facteur vient s’y rajouter et là il faudra éviter de sortir le jour car la lumière du jour est trop forte, de sortir la nuit car la lumière des phares des voitures est gênante, de ne pas manger de viande car on a du mal à digérer et ça donne mal à la tête, d’éviter de boire du vin, de passer devant une boulangerie car trop d’odeurs, etc. 

Une pensée pour le père Noël…

pere-noel-chiropracteur

Dans quelques heures; petits et grands; on espère avoir été assez sage pour être sur la liste de ceux à qui le père noël apportera un cadeau. Certains iront jusqu’à laisser un petit quelque chose pour le père noël pour qu’il n’ait pas faim pendant cette soirée où il a beaucoup à faire…
L’année dernière nous avons parlé des risques de santé au travail pour le père noël (Santé au travail : le cas inquiétant de Père Noël)… et pourquoi, il ferait mieux d’avoir un bon chiropracteur pendant cette période !

pere-noel-chiropracteur
Blitzen, appelles mon chiropracteur et prends un rendez-vous le plus rapidement possible

Cette année on s’intéresse à une étude américaine sur les calories consommés cette nuit par le pauvre père noël !
Les deux chercheurs de New York Medical college, qui se souciaient apparement de la santé de père Noël… ont analysé plusieurs études pour faire leurs calculs. Voici le résultat de leur étude :

En 2013, une enquête a révélé que 49% des adultes américains ayant des enfants prévoyaient de se préparer à l’arrivée du père Noël, tout comme un surprenant 22% des adultes qui n’étaient ni parents ni tuteurs. Selon l’Enquête de recensement américain, il y a 118 860 065 ménages aux États-Unis, d’une taille moyenne de 2,65 personnes. Parmi eux, il y avait 36 ​​846 620 ménages avec enfants de moins de 18 ans. Si 49% des ménages américains avec enfants préparent l’arrivée du père Noël, cela donne 18,1 millions de ménages. En outre, si 22% des ménages sans enfants se préparent à l’arrivée du Père Noël, cela donne 18,0 millions de ménages supplémentaires, pour un total de 36,1 millions de ménages qui laisseront de côté les biscuits et le lait (ou un autre en-cas approprié).

Si chaque maison met trois biscuits et en supposant que le biscuit moyen contient 50 à 100 calories, plus un verre de lait de 23 centilitres (environ 135 calories), le père Noël pourrait consommer l’équivalent de 275 calories en visitant chaque maison. Par conséquent, avant la fin de la nuit, il aura consommé environ 9,9 milliards de calories, rien qu’en visitant les États-Unis. Cette collation est composée principalement de glucides et de lipides. Pour tenir compte de l’effet thermique des aliments, supposons généreusement que 10% de ces calories soient utilisées dans le processus de digestion, ce qui laisse 8,9 milliards de calories. En supposant que le Père Noël équivaut à un homme actif de 60 ans et de 110 kg, d’une hauteur de 1,8 m, sa dépense énergétique totale journalière peut être estimé à 3301 calories par jour.

Une consommation de 8,9 milliards de calories dépasserait de 2,7 millions fois les besoins quotidiens habituels du père Noël. Même si le Père Noël répartissait sa consommation sur les 365 prochains jours jusqu’au Noël suivant, la consommation quotidienne de calories dépasserait la consommation standard de plus de 7300 fois par jour. On pourrait se demander si ces calories sont compensées par son travail difficile  de la nuit. Malheureusement, c’est peu probable. Par exemple, supposons que le Père Noël doit monter une cheminée de 4 m à chaque sortie de maison. Le travail nécessaire pour l’élever lui et son sac de cadeaux (peut-être 160 kg au total) jusqu’à une cheminée de 4 m ne représente que 1,5 Calories (6,3 kJ). Ce qui correspondrait à 54,2 millions de Calories dépensés pour visiter tous les ménages aux États-Unis.

Bien qu’il soit probable que certaines des hypothèses que nous avons formulées soient incorrectes, empêchant de déterminer avec précision le nombre de calories consommées par le père Noël au cours de la dernière veille de Noël, il est néanmoins évident que ce nombre serait énorme. Mais le Père Noël ne prend pas de poids et revient année après année apparemment à peu près au même poids. Le fait que le père Noël ait un taux de métabolisme extraordinairement élevé, ou peut-être qu’il ait subi une chirurgie bariatrique ayant provoqué de manière inattendue un grave degré de malabsorption, ne correspond pas à son poids stable ni à son apparence de bonne santé.

Au lieu de cela, nous ne pouvons que conclure que c’est un miracle de Noël !

Références :

Wien Klin Wochenschr. 2018 janvier; 130 (1-2): 73-75. doi: 10.1007 / s00508-017-1306-8. Epub 2018 8 janvier. Combien de calories le père Noël a-t-il consommées la veille de Noël? Wormser GP1, Ladenheim A.

Maîtriser les 3 facteurs dévastateurs pour la productivité : manque de sommeil, mauvaise posture et stress

Burnout cervicalgie stress

Aujourd’hui je vous traduis un très bon article de ma consoeur Sherry McAllister, chiropracteur et vice-présidente de la Fondation pour le progrès de la chiropraxie. L’article est paru dans cette semaine dans le magazine Forbes (How To Curb Three Leading Productivity Killers: Lack Of Sleep, Poor Posture And Stress) et s’adresse aux ONG pour les aider dans l’amélioration de la productivité de leur employés. Mais comme vous pourrez le constater, ces conseils s’adressent à toute société ou organisation désireuse d’aider leurs employés à éviter le burnout et l’épuisement :

Les dirigeants et les employés des organisations à but non lucratif sont généralement passionnés par la mission, les valeurs et les objectifs de leur organisation. Ce sentiment d’épanouissement personnel est souvent un avantage en soi. Par conséquent, les dirigeants et les employés peuvent ne pas reconnaître que leurs longues journées de travail, leurs déplacements fréquents et leur retour au travail nuisent à leurs activités essentielles telles que l’exercice, l’alimentation saine et le sommeil.

Moins de temps pour des habitudes saines et un sommeil insuffisant sont souvent synonymes de stress et de mauvaises postures. Ensemble, ces facteurs de risque peuvent entraîner une augmentation de l’épuisement professionnel (burnout), une augmentation des coûts de soins de santé et une productivité réduite, ce qui empêche votre organisation d’atteindre ses objectifs.

C’est pourquoi il est crucial d’apprendre et de pratiquer de meilleures habitudes de sommeil et de posture, tout en contribuant à réduire le niveau de stress. Le stress peut être encore réduit par le biais d’autres activités personnelles et des services de soins, mais un engagement culturel à assouplir les horaires afin que les employés – et les dirigeants – aient le temps de manger sainement, de faire de l’exercice et de se reposer est tout aussi important.

Au cours de mes 20 années de carrière en tant que docteur en chiropratique et plus particulièrement de mes trois années en tant que vice-président exécutif de la Fondation pour le progrès de la chiropratique, j’ai pu constater à quel point une bonne activité physique, une bonne nutrition et un bon sommeil peuvent avoir un impact positif sur la productivité d’une personne, notamment lorsque vous prenez en compte les effets que de longues journées de travail et des déplacements fréquents peuvent avoir sur votre corps.

1. Le sommeil : un problème de santé publique négligé

Les régimes et les exercices semblent être des obsessions nationales. Le manque de sommeil, cependant, est peut-être le problème de santé publique le moins discuté aux États-Unis. Selon le Centers for Disease Control and Prevention, 35% des adultes américains ne dorment pas assez, ce qui peut entraîner un diabète, un accident vasculaire cérébral, une hypertension artérielle, une maladie cardiaque , obésité et problèmes de santé mentale, ainsi qu’une durée de vie plus courte.

Pour les organisations à but non lucratif, la privation de sommeil ne nuit pas seulement à la santé de vos employés; cela affecte également leur performance. Les États-Unis perdent environ 1,2 million de jours de travail par an en raison de la baisse de productivité des travailleurs privés de sommeil, ce qui coûte environ 411 milliards de dollars à l’économie par an.

Une façon d’améliorer le repos consiste à proposer des postes de repos sur votre lieu de travail, tels que des bulles de sommeil, qui ressemblent à des fauteuils inclinables de l’ère spatiale avec un grand dôme au-dessus pour bloquer la lumière, le bruit et la distraction. Les bulles de sommeil sont utilisés dans des organisations associées à des horaires de travail contraignants, tels que des cabinets d’avocats et des sociétés telles que Google, Samsung, Zappos, JetBlue et Cisco, ainsi que par la NASA.

Obtenir le sommeil recommandé de sept à neuf heures par nuit peut toutefois constituer un défi pour certains employés s’ils n’établissent pas les routines du coucher et les positions de sommeil qui leur permettent de dormir plus longtemps. La routine consiste à éteindre ou à éteindre les écrans une heure avant de se coucher et à garder la chambre fraiche et sombre pendant le sommeil.

En ce qui concerne les positions de sommeil, il faut éviter de dormir sur le ventre, car cela altère la courbure naturelle de la colonne vertébrale, en exerçant une pression sur les articulations et les muscles et en provoquant une fatigue du cou. Dormir sur le dos avec un oreiller sous les genoux ou sur le côté est plus bénéfique pour la colonne vertébrale, à condition de garder le dos droit et un oreiller entre les genoux.

2. Posture : plus que regarder plus haut

La plupart des employés des ONG travaillent dans des bureaux et de nombreux membres de l’équipe chargés de collecter des fonds se déplacent fréquemment. Trop de temps passé au bureau, dans les avions et les voitures, ainsi que les heures passées à regarder votre téléphone, peuvent avoir un impact négatif sur votre posture.

La posture ne consiste pas seulement à avoir l’air plus grand ou à se sentir plus confiant; cela a des conséquences surprenantes sur notre santé et notre qualité de vie. Au fil du temps, une mauvaise posture peut provoquer des douleurs lombaires, chez environ 80% des adultes à un moment de leur vie. En outre, des recherches ont révélé que les maux de dos représentaient plus de 264 millions de jours de travail perdus en un an.

La première étape vers une meilleure posture consiste à établir un point de départ personnel. Demandez à un ami de vous photographier ou utilisez une minuterie pour le faire vous-même en étant debout comme vous l’êtes normalement et un autre debout tout droit avec ce que vous ressentez comme la bonne posture à avoir. À partir de là, exercez-vous à prendre conscience de vous-même et à corriger votre posture en étant assis, debout, en marchant et en courant. Garder les pieds sur le sol ou sur un repose-pieds, quand vous êtes assis au bureau, peut vous aider à maintenir la bonne posture et le bon alignement de la colonne vertébrale.

Demander de l’aide à un professionnel de la santé, tel qu’un docteur en chiropratique, peut également vous aider en corrigeant votre posture et en recommandant des exercices pour renforcer vos muscles posturaux.

3. Stress: diminuer la pression

Une bonne nuit de sommeil et une bonne posture sont efficaces pour réduire le troisième facteur principal de perte de productivité : le stress. Près des deux tiers des adultes ont signalé un stress lié au travail et à l’argent cette année, suivis de près par la santé et l’économie.

Le stress chronique peut entraîner de nombreux autres problèmes de santé physique et mentale, tels que la dépression, la toxicomanie, les problèmes digestifs et les maux de tête. Bien que cela contribue aux coûts de soins de santé des organisations à but non lucratif, les problèmes de santé chroniques liés au stress peuvent également provoquer l’épuisement professionnel (burnout), affectant ainsi la performance et l’absence des membres de votre équipe.

Établir une culture où les employés sont encouragés à débrancher et à consacrer du temps à des activités personnelles et à des activités agréables avec la famille, les amis et leurs communautés est essentiel. Demander de l’aide à des professionnels de la santé mentale est également efficace pour gérer le stress, tandis que de nombreux américains déclarent que des soins chiropratiques réguliers réduisent leur niveau de stress et améliorent leur sommeil et leur posture.

En poursuivant ces habitudes saines en matière de soins personnels, les dirigeants et les employés du secteur à but non lucratif peuvent maintenir la productivité de leur organisation tout en veillant à ce que les membres de l’équipe restent engagés, performants et passionnés.

NDLR : Vous pourrez trouver d’autres articles de notre blog sur le sommeil et la posture sur ces pages :

Text neck, tech neck ou la cervicalgie de texto

Troubles de sommeil et Insomnie

Mais si, les courbes dans la colonne sont importantes !

Lombalgie et cervicalgie : satisfaction des patients avec la Chiropraxie

Chiropraxie-douleur-cervicale-seniors

Les soins chiropratiques sont reconnus efficaces pour nombre de problèmes Neuro-musculo-squelettiques tels que des maux de dos, douleurs cervicales, maux de têtes, migraines,… Nous avons présenté une partie de ces études sur la page : Indications thérapeutiques.

Mais qu’en est-il des patients ? Qu’est-ce que les patients pensent des soins chiropratiques ? Comme pour tout, les pays anglo-saxons aiment analyser et quantifier les choses. Il existe donc de nombreuses études sur la satisfaction des patients sur les soins chiropratiques. J’essaie d’en présenter quelques unes ici :

La plus récente est une étude parue en août 2018 évaluant les résultats des soins chiropratiques pour des douleurs cervicales et lombaires et la satisfaction de plus de 2000 patients aux Etats-Unis. Les chercheurs ont trouvé que plus de 90% des patients se déclaraient très satisfaits de leurs soins et qu’ils déclaraient avoir largement diminué la prise de médicaments anti-douleurs pour leurs problèmes. (1)

Dans une autre étude, parue en 2017, des chercheurs ont voulu évaluer les patients avec lombalgie, soignés par des chiropracteurs intégrés dans le milieu hospitalier. Sur un des questionnaires, 93% des patients interrogés ont déclaré une amélioration globale de leurs symptômes. En outre, plus des trois quarts (77%) n’ont pas eu à consulter leur médecin pendant qu’ils suivaient des soins chiropratiques et presque tous (93%) étaient satisfaits des soins reçus. Plus du tiers des patients (39%) ont également signalé une amélioration de leur état de santé général à la fin de la période de soins. (2)

Une autre étude parue en 2016 a passé en revue les études médicales sur l’integration des soins chiropratiques dans le système de santé de l’armée, tant pour les militaires actifs que les vétérans. Leur conclusion est que les docteurs en chiropratique qui sont intégrés dans des établissements de soins de santé militaires gèrent des affections neurologiques, musculo-squelettiques; blessures graves provoquées au combat; cas complexes; et les cas qui incluent des facteurs psychosociaux. Les chiropraticiens gèrent les patients en collaboration avec d’autres professionnels de santé et sont actifs dans le processus de retour des militaires au service actif. Le taux de satisfaction des patients vis-à-vis des services de chiropratique est élevé. Les résultats préliminaires montrent que la gestion chiropratique des affections courantes montre une amélioration significative. Cette étude cite aussi une autre étude à ce sujet publiée en 2006 cette fois concernant les soins chiropratiques au personnel militaire canadien qui a trouvé que 94% des patients et 80% des médecins militaires déclaraient leur satisfaction des soins chiropratiques. (3,4)

Ces études ainsi que d’autres citées plus bas ont au cours des années montré la haute satisfaction (souvent au dessus des 90%) des patients des soins chiropratiques concernant les maux de dos et douleurs cervicales.

Vous pouvez aussi trouver les témoignages de certains de nos patients sur la page « Témoignages ».

Références :

  1. Herman PM, Kommareddi M, Sorbero ME, Rutter CM, Hays RD, Hilton LG, Ryan GW, Coulter ID. Characteristics of Chiropractic Patients Being Treated for Chronic Low Back and Neck Pain. J Manipulative Physiol Ther. 2018 Jul – Aug;41(6):445-455.
  2. Emary PC, Brown AL, Cameron DF, Pessoa AF, Bolton JE. Management of Back Pain-related Disorders in a Community With Limited Access to Health Care Services: A Description of Integration of Chiropractors as Service Providers. J Manipulative Physiol Ther. 2017 Nov – Dec;40(9):635-642.
  3. Green BN, Johnson CD, Daniels CJ, Napuli JG, Gliedt JA, Paris DJ. Integration of Chiropractic Services in Military and Veteran Health Care Facilities: A Systematic Review of the Literature. J Evid Based Complementary Altern Med. 2016 Apr;21(2):115-30.
  4. Boudreau LA, Busse JW, McBride G. Chiropractic services in the Canadian Armed Forces: a pilot project. Mil Med. 2006 Jun;171(6):572-6.
  5. Houweling TA, Braga AV, Hausheer T, Vogelsang M, Peterson C, Humphreys BK. First-contact care with a medical vs chiropractic provider after consultation with a swiss telemedicine provider: comparison of outcomes, patient satisfaction, and health care costs in spinal, hip, and shoulder pain patients. J Manipulative Physiol Ther. 2015 Sep;38(7):477-83.
  6. Leininger BD, Evans R, Bronfort G. Exploring patient satisfaction: a secondary analysis of a randomized clinical trial of spinal manipulation, home exercise, and medication for acute and subacute neck pain. J Manipulative Physiol Ther. 2014 Oct;37(8):593-601.
  7. Haneline MT. Symptomatic outcomes and perceived satisfaction levels of chiropractic patients with a primary diagnosis involving acute neck pain. J Manipulative Physiol Ther. 2006 May;29(4):288-96.
  8. Hertzman-Miller RP, Morgenstern H, Hurwitz EL, Yu F, Adams AH, Harber P, Kominski GF. Comparing the satisfaction of low back pain patients randomized to receive medical or chiropractic care: results from the UCLA low-back pain study. Am J Public Health. 2002 Oct;92(10):1628-33.
  9. Gemmell HA, Hayes BM. Patient satisfaction with chiropractic physicians in an independent physicians’ association. J Manipulative Physiol Ther. 2001 Nov-Dec;24(9):556-9.
  10. Nyiendo J, Haas M, Goldberg B, Sexton G. Pain, disability, and satisfaction outcomes and predictors of outcomes: a practice-based study of chronic low back pain patients attending primary care and chiropractic physicians. J Manipulative Physiol Ther. 2001 Sep;24(7):433-9.