Le yoga pourrait provoquer des troubles musculosquelettiques

Le yoga pourrait provoquer et parfois aggraver des troubles musculosquelettiques

La pratique du Yoga serait plus sure après après consultation avec un chiropracteur

Le yoga est souvent salué comme une pratique efficace pour le soulagement de la douleur. Mais il arrive que je vois des patients souffrant de blocages et de troubles musculaires suite à une séance de yoga. Il m’arrive de rappeler que le yoga, tout en étant très bénéfique, devrait être considéré comme un sport et donc pratiqué en faisant attention à certaines postures et à ses propres capacités.

Une nouvelle étude vient de paraître qui confirme que le yoga peut aussi provoquer de la douleur, et les blessures liées au yoga sont beaucoup plus fréquentes qu’on ne le pense.

La recherche suggère que chaque année, plus de 10% des personnes qui pratiquent le yoga à titre récréatif ressentent des douleurs musculo-squelettiques, en particulier dans les membres supérieurs. Qui plus est, l’étude a révélé que le yoga aggrave en fait plus d’un cinquième des blessures existantes.

L’auteur principal de l’étude, le professeur Evangelos Pappas, de la Faculté des sciences de la santé de l’Université de Sydney en Australie, et ses collègues ont récemment rapporté leurs résultats dans le Journal of Bodywork and Movement Therapies.

Le yoga est l’une des pratiques de l’esprit et du corps les plus courantes aux États-Unis, et sa popularité augmente. Selon un sondage réalisé par Yoga Alliance l’année dernière, environ 37 millions d’adultes américains pratiquent le yoga, une augmentation significative de 20 millions en 2012.

Mis à part ses effets de soulagement du stress, une raison pour laquelle les gens sont attirés par le yoga est sa capacité à soulager la douleur. Une étude récente publiée par Medical News Today a révélé que pour le mal de dos, le yoga est tout aussi bénéfique que la kinésithérapie.

Cependant, la nouvelle étude du Professeur Pappas et de son équipe suggère que la prudence devrait être appliquée lors de la pratique du yoga, car cela pourrait faire plus de mal que de bien.

Pour leur étude, les chercheurs ont analysé les données de 354 adultes qui pratiquaient le yoga récréatif. Les participants ont rempli deux questionnaires électroniques à un an d’intervalle, qui ont permis de recueillir de l’information sur toute douleur musculo-squelettique qu’ils pourraient avoir, la présence de douleur dans le corps et la gravité de la douleur.

Les données ont révélé que 10,7% des participants ont souffert de douleurs musculo-squelettiques à la suite du yoga.

“En termes de gravité, plus d’un tiers des cas de douleur causée par le yoga étaient suffisamment graves pour empêcher la participation au yoga et ont duré plus de trois mois”, note le professeur Pappas.

La douleur dans les membres supérieurs – y compris l’épaule, le coude, le poignet et la main – était le type de douleur la plus commune provoquée par le yoga qui sont peut être dues aux postures qui pèsent sur les membres supérieurs.

Pour les sujets ayant des blessures musculo-squelettiques préexistantes, environ 21 pour cent de ces blessures ont été exacerbées par la participation au yoga, rapporte l’équipe. La douleur pré-existante des membres supérieurs était la plus affectée par le yoga.

Cependant, l’étude a également apporté quelques nouvelles positives; Environ 74% des participants ont rapporté que leur douleur musculo-squelettique préexistante s’était améliorée à la suite du yoga.

Pourtant, les chercheurs croient que leurs résultats soulignent le besoin de prudence quand il s’agit de pratiquer le yoga, en particulier pour les personnes qui ont déjà des douleurs musculo-squelettiques.

“Notre étude a révélé que l’incidence de la douleur causée par le yoga est supérieure à 10% par an”, explique le professeur Pappas, “ce qui est comparable au taux de blessures de toutes les blessures sportives combinées parmi la population physiquement active.”

Les chercheurs disent que leurs résultats peuvent aider les professionnels de la santé et les patients à comparer les risques du yoga avec d’autres types d’activité physique, ce qui leur permet de prendre des décisions éclairées quant à la forme d’exercice qui serait la meilleure.

“Nous recommandons que les professeurs de yoga discutent aussi avec leurs étudiants des risques de blessures s’ils ne sont pas pratiqués consciencieusement, et du potentiel du yoga pour aggraver certaines blessures”, ajoute le professeur Pappas.

«Les participants au yoga sont encouragés à discuter des risques de blessures et de toute douleur préexistante, en particulier dans les membres supérieurs, avec les professeurs de yoga et les professionnels de santé pour explorer les modifications de posture qui peuvent entraîner une pratique plus sécuritaire”.

NDLR : Il est donc important de discuter avec un spécialiste de la colonne vertébrale, tel qu’un chiropracteur, de ce que vous pouvez faire ou pas et à quel moment de vos soins pour ne pas aggraver des problèmes.

Références : Musculoskeletal pain associated with recreational yoga participation: A prospective cohort study with 1-year follow-up
MarcCampoPT, PhD (Professor), Mariya P.ShiykoPhD (Assistant Professor), Mary BethKean DPT, LynneRoberts DPT, ATC, EvangelosPappas PT, PhD, OCS (Associate Professor). Journal of Bodywork and Movement Therapies
Volume 22, Issue 2, April 2018, Pages 418-423

Les chiropracteurs de France se félicitent et s’interrogent

Depuis quelques semaines, des professionnels de santé se croyant menacés (on se demande pourquoi) ont véhiculé beaucoup de fake news sur la Chiropraxie. J’ai déjà fait une réponse à Mr Demorand, kinésithérapeute et son article qui ne mérite pas de s’y pencher plus longuement. L’Association Française de Chiropraxie a fait un communiqué clair, court et digne face à ces fake news qui prolifèrent…

Communiqué AFC 06 Juin 2018 Version Finale

Si vous cassez le bras gauche, n’oubliez pas de rééduquer votre bras droit !

Exercer les muscles d’un côté de votre corps peut aider à maintenir en forme les muscles de l’autre côté

Blessure main chiropraxie
Pour un membre blessé et immobilisé, exercez l’autre !

Une nouvelle étude vient de confirmer encore un principe que nous employons pour certains patients pour des problèmes particuliers. Pour résumer, si vous vous faites une entorse ou une fracture et que vous ne pouvez pas utiliser un bras ou une jambe pendant une période, faites travailler les mêmes muscles du côté opposé pour ne pas avoir des muscles qui s’atrophient.

En effet quand on ne peut plus bouger et faire travailler les muscles; comme dans le cas d’une entorse ou d’une fracture; ils s’affaiblissent et peuvent s’atrophier (diminuer en taille). Dans cette étude, les chercheurs ont plâtré le poignet de 16 jeunes. La moitié a poursuivi une vie normale sans s’occuper de ce bras immobilisé tandis que l’autre moitié a fait un programme de musculation des muscles fléchisseurs du poignet. Après un mois, les personnes qui n’avaient pas fait de musculation du bras opposé avaient une atrophie et un affaiblissement des muscles immobilisés, tandis que ceux qui avaient rééduqué les muscles opposés avaient gardé une taille et une force presque normal sans atrophie et sans affaiblissement !

L’explication pourrait venir du fait que les exercices dans les muscles opposés entretiendraient une activité nerveuses au niveau des reflexes dans la moelle épinière ainsi qu’au niveaux supérieurs corticaux.

Référence :  J Appl Physiol (1985). 2018 Apr 1;124(4):866-876. doi: 10.1152/japplphysiol.00971.2017. Epub 2017 Dec 14. Unilateral strength training leads to muscle-specific sparing effects during opposite homologous limb immobilization. Andrushko JW, Lanovaz JL, Björkman KM, Kontulainen SA, Farthing JP.