Santé au travail : le cas inquiétant de Père Noël

Une équipe de chercheurs s’est intéressé à l’état de santé de celui qui a passé une soirée très chargée hier soir… le Père Noël ! Et l’étude a été publiée dans le journal médical : Journal of Occupational Medicine and Toxicology. Je n’ai pas résisté à la tentation de vous traduire cette étude :

Un examen attentif des conditions de travail du Père Noël met en évidence un certain nombre de problèmes de santé liés au travail qui sont pertinents.

Opération d’équipements :

Pere-noel-traineauLa sécurité des traîneaux est un sujet de préoccupation, car, au cours de son travail, le père Noël rencontre un certain nombre de risques liés au transport qui ne sont pas présents pour les autres travailleurs dans les industries de transport réglementées. Tout d’abord, l’analyse de Grills et Halyday [1] porte sur la conduite d’un traîneau en toute sécurité et, dans ce contexte, remet en question la tradition de laisser au Père Noël une tasse de cognac. De plus, autant que nous le sachions, il y a un manque général de ceintures de sécurité et de coussins gonflables sur les traîneaux disponibles pour Père Noël, qui ne sont pas fabriqués selon les normes d’ingénierie du XXIe siècle. Enfin, le traîneau du Père Noël détient la double classification comme véhicule de transport terrestre et aérien et, au cours du vol, le Père Noël et le renne devraient composer avec un espace aérien de plus en plus encombré au-dessus des grandes villes et aéroports.
Il est à noter que le père Noël ne voyage pas régulièrement avec un copilote ou un opérateur radio, et on ne sait pas si la capacité radio pour surveiller les fréquences de communication aéronautiques standard est un équipement standard sur le traîneau du père Noël, si des systèmes de collision radar sont disponibles, ni si l’organe olfactif fortement vascularisé de Rudolph le renne au nez rouge [2] fonctionne adéquatement comme lumière de balise pour d’autres avions.

Une étude récente confirme que la conduite en traîneau comporte un risque élevé de blessure [3]. Nous rappelons un rapport inquiétant du traîneau du Père Noël s’écrasant sur une île tropicale (documenté dans l’épisode “Les Simpsons Christmas Stories” de “The Simpsons” [4]). En plus de la possibilité de blessures traumatiques pour le Père Noël ou pour son renne pouvant survenir lors d’un accident de traîneau, il faudra aussi considérer la question de l’accès aux soins. Dans un cas d’atterrissage en catastrophe sur une île tropicale éloignée, il peut être nécessaire d’utiliser les ressources disponibles localement pour les soins médicaux, par exemple l’eau de coco pour la réhydratation, qui pourrait même été utilisée par voie intraveineuse [5] . Il est à noter que tous les médecins disponibles pour fournir des soins médicaux d’urgence au père Noël devraient probablement être prêts à fournir de l’aide sans avoir accès à l’ensemble de son dossier médical, qui se trouve sur papier au pôle Nord et qui n’a été inscrit dans aucun dossier médical électronique.

Organisation du travail, santé cardiovasculaire et questions liées au voyage

Un autre problème de santé au travail est que le travail du Père Noël est plutôt inégalement réparti tout au long de l’année. On sait peu de choses sur ce que fait le Père Noël pendant la plus grande partie de l’année, mais il doit probablement être considéré comme «sans emploi» pour la plus grande partie. Pour la période de Noël, où sa charge de travail exigerait qu’il dépasse une journée de travail typique de huit heures, le père Noël devrait être considéré comme un travailleur qui travaille un nombre important d’heures supplémentaires saisonnières.

Le père Noël, affiche deux facteurs de risque cardiovasculaires clés : l’augmentation de l’indice de masse corporelle (probablement l’obésité), et une habitude de fumer à certains moments. Comme ces facteurs de risque ont été liés au chômage et au travail intensif [6, 7, 8], il s’agit d’un exemple de conditions de travail défavorables qui contribuent à l’augmentation du risque cardiovasculaire. Il a déjà été établi que les habitudes alimentaires et les réponses métaboliques à la nourriture étaient perturbées par le travail intensif, et que les grignotages sont augmentés chez les travailleurs de nuit, qui sont en outre gênés dans leurs efforts pour maintenir des exercices réguliers[9]. Il convient de noter que les heures de travail du père Noël pendant l’hiver devraient tomber dans les heures d’obscurité au pôle Nord.

Nous remarquons aussi que la consommation de lait et de biscuits par le Père Noël peut dépasser les recommandations de la plupart des directives nutritionnelles nationales [10] et que son activité physique n’est pas claire. De plus, la nature du travail du Père Noël exige qu’un volume important de tâches soit effectué dans une période de temps limitée, ce qui peut entraîner un stress au travail, ce qui est en soi lié à un risque cardiovasculaire accru [11].

Il convient de noter que, en plus de travailler de longues heures, le Père Noël traverse plusieurs fuseaux horaires dans le cadre de la livraison de cadeaux aux enfants dans toutes les régions du monde. Nous nous attendons à ce que le père Noël souffre d’un décalage horaire important en raison du nombre de déplacements requis pour respecter sa date limite du 25 décembre de chaque année. En effet, compte tenu de la transition entre les fuseaux horaires, on estime que le Père Noël travaille 36 heures consécutives à la fois et traverse les 24 fuseaux horaires de la Terre chaque année dans la nuit du 24 décembre [12]. On ne sait pas s’il consomme des médicaments en vente libre (par exemple, de la mélatonine, qui a récemment démontré son efficacité chez les travailleurs intensifs [13]) ou des médicaments sur ordonnance pour gérer les transitions temporelles, ni s’il doit recourir à des stimulants (par exemple, la caféine [14]) pour gérer ces longues heures de travail.

Le stress thermique

Le Père Noël, acclimaté au climat plus froid des latitudes septentrionales extrêmes, pourrait également souffrir du stress thermique lors de la livraison de cadeaux dans des climats plus chauds (par exemple, Honolulu). On sait peu de choses sur l’efficacité de son costume rouge doublé de fourrure dans la régulation thermique, et porter son sac de cadeaux augmenterait raisonnablement sa charge de travail physique, exacerbant davantage le stress thermique. Comme sa voie privilégiée d’entrée dans les maisons de ses clients est par la cheminée, il y a la considération supplémentaire du travail dans les espaces chauds et confinés, qui nous croyons n’a pas été bien caractérisé en termes de risque. En effet, une agence aussi réputée que l’Institut national américain de sécurité et de santé au travail a déjà attiré l’attention sur les problèmes que le Père Noël peut rencontrer dans ce domaine et dans d’autres [15]. Comme il a déjà été établi que le père Noël accomplit la majorité de ses tâches dans un exercice annuel d’environ 36 heures [12], il est extrêmement improbable qu’il existe une possibilité d’entraînement préalable à l’acclimatation à la chaleur.

pere-noel-chiropracteur
Blitzen, appelles mon chiropracteur et prends un rendez-vous le plus rapidement possible

 Le travailleur âgé et la planification de la relève

En plus des effets cardiovasculaires néfastes du travail posté sur la santé du père Noël, un facteur de risque cardiovasculaire important et malheureusement non modifiable est pertinent, à savoir l’âge. L’âge exact du Père Noël est incertain (peut-être en raison du manque de documentation appropriée, évoquant le spectre désagréable de savoir si le père Noël a les bons permis de travail … mais nous nous occuperons de questions médicales et non administratives). Comme le montrent les publicités d’un certain fabricant de boissons gazeuses [16], il semble être un homme plus âgé depuis au moins les années 1930. On ne sait pas si le père Noël s’est vu offrir un programme de promotion de la santé en milieu de travail visant à aider les travailleurs âgés à demeurer productifs, ni si la planification de la relève a déjà été discutée avec le père Noël.

Santé mentale

La capacité de prise de décision du Père Noël est généralement reconnue comme adéquate par ses clients et sa santé mentale n’est généralement pas remise en question. Selon la légende populaire et la chanson il est, au moins lorsqu’il exerce ses fonctions dans l’environnement urbain (“Le Père Noël arrive en ville” [17]) doté d’une quasi-omniscience (“Il vous voit quand vous dormez / Il sait quand tu es réveillé / Il sait si tu as été bon ou mauvais… “). Cependant, il conserve apparemment des documents écrits et les vérifie à plusieurs reprises («Il fait une liste, il vérifie deux fois»). Bien que le double contrôle soit à encourager pour certaines tâches de travail sensibles à la sécurité, la pratique pose la question de savoir si le Père Noël agit selon les procédures opératoires standard, ou s’il peut plutôt montrer une tendance à un contrôle compulsif. Des données récentes établissent un lien entre le stress au travail et de nombreux troubles mentaux courants, y compris le trouble obsessionnel compulsif [18].

De plus, la santé mentale globale du Père Noël pourrait être affectée par des années de fonctionnement sous le contrôle du gouvernement. Le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord a admis ouvertement que les voyages du Père Noël en décembre sont suivis, selon une tradition annuelle de surveillance gouvernementale à la «Big Brother» remontant à 1955 [19].

Ergonomie de l’atelier

pere-noel-mal-dos
Chez le chiropracteur : “Et vous passez combien de temps à parler aux elfes ?”

Le père Noël serait considéré comme un géant parmi les elfes. Bien que la taille moyenne de ces derniers n’ait pas été bien établie dans la littérature publiée, il est communément admis qu’ils sont de petite taille. Par conséquent, dans un lieu de travail où les postes de travail et l’équipement sont dimensionnés à des dimensions confortables pour les elfes, il est hautement probable que le Père Noël se trouverait en dehors du 95e centile de hauteur elfique. En conséquence, il nécessiterait probablement une évaluation ergonomique spécifique et un ajustement de l’environnement de travail partagé afin de prévenir les troubles musculo-squelettiques à apparition progressive.

Conclusions

Il a déjà été rapporté qu’il n’y a pas d’exigence standard pour le Père Noël d’avoir un examen médical, autre que le dépistage des drogues avant l’embauche [1]. Compte tenu des préoccupations susmentionnées du point de vue de la santé au travail, nous estimons qu’il est temps d’adopter une approche fondée sur des données probantes pour élaborer d’abord un programme complet de santé au travail pour le père Noël et ensuite un protocole d’évaluation normalisé et reproductible de l’aptitude au travail du père Noël. Cependant, nous sommes sensibles aux tendances récentes qui soulignent l’inclusivité en milieu de travail, et nous ne voulons pas pointer du doigt le père Noël pour un traitement spécial, ce qui pourrait contribuer à la stigmatisation au travail. Par conséquent, nous suggérons également que les futures orientations de recherche comprennent des efforts pour explorer et développer des recommandations similaires concernant la santé au travail des rennes et des elfes.

Référence :

The occupational health of Santa Claus, Sebastian Straube, and Xiangning Fan, Journal of Occupational Medicine and Toxicology, 2015,10:44

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *