Vrai / Faux : Arrêtons de croire ces clichés sur la santé

Cervicalgie et chiropracteur

Le magazine Marie Claire a récemment publié un article sur “Santé : arrêtons de croire ces clichés”. Super idée ! J’ai voulu rajouter d’autres clichés qui ont la vie dure. Et il y en a tellement qu’il y aura des épisodes 2, 3… comme les blockbusters….

Aujourd’hui quelques uns des clichés sur la santé des articulations :

Il faut se reposer pour un mal de dos : FAUX

Le premier nous concerne directement, nous les chiropracteurs. Et d’ailleurs l’article de Marie Claire en parle, mais un peu vite à mon goût. Parce que pendant de très nombreuses années, les patients nous ont répétés en boucle : “mon médecin m’a conseillé de ne pas bouger et rester au lit et vous me dites qu’il ne faut pas rester au lit mais marcher et bouger…Je ne sais plus qui croire…” 

Et citer toutes les études parues à ce sujet, ne servait à rien. Et voilà que depuis quelques années, le gouvernement, les assurances, le CPAM,… s’y sont mis aussi : il ne faut surtout pas rester au lit pour un mal de dos. Le problème pourrait durer encore plus longtemps. Il vaut mieux marcher, bouger et se reposer pour de courtes périodes. Parfois, dans le cas d’une vrai hernie discale, plus de repos est nécessaire et de toute façon le patient peut avoir du mal à se mouvoir. Mais dans la grande majorité des cas, il faut se lever, marcher, faire de la gym douce, nager (ou même barboter dans l’eau),…

Mes vertèbres sont déplacés et le chiropracteur les remet à leur place : FAUX

chiropraxie et TMS
Les chiropracteurs en première ligne contre les troubles musculo-squelettiques

Pendant qu’on est sur le sujet des vertèbres, une autre tournure de langage mais qui à force est devenu une réalité dans l’esprit de beaucoup. Si j’ai mal au dos, c’est parce que j’ai une “vertèbre déplacée” et mon chiropracteur va la “remettre en place”. 

En fait si vous avez une vertèbre déplacée, voyer plutôt un chirurgien ! Les vertèbres ne sortent pas de leur place (sauf peut-être dans le cas d’une spondylolisthésis, mais c’est un autre débat). Les vertèbres peuvent perdre leur mobilité et se bloquer en raison de faux mouvement, de mauvaises positions quotidiennes, de mauvais mouvements répétitifs, de chocs, d’accidents, etc. Le rôle du chiropracteur est de redonner de la mobilité à l’articulation et de cette façon activer les récepteurs nerveux autour de l’articulation pour que le système nerveux fonctionne mieux. Pour qu’une vertèbre se déplace, il faut un sacré choc et donc un bon chirurgien !

On m’a dit que j’ai une hernie discale et qu’il faut donc nécessairement opérer : VRAI et FAUX

Combien de fois ai-je entendu cela ? Et quand je fais l’examen clinique, le patient est étonné et demande pourquoi je fais tout ça ? Et quand à mon tour je leur demande : “mais on ne vous a pas examiné ?” La réponse est souvent : “Non, le spécialiste a juste regardé le scanner et m’a dit qu’il fallait opérer !” 

Or selon les recommandations internationales seulement 5 à 10% des hernies discales devraient être opérées. Et cette recommandation devrait être basée sur l’imagerie (d’ailleurs de préférence une IRM qu’un scanner) mais surtout si des signes cliniques sont présents à l’examen. C’est-à-dire qu’une opération n’est pas recommandée dans la majorité des hernies discales où il n’y pas de signes cliniques autre que la douleur (qui n’est qu’un symptôme). Dans ces cas, des interventions non invasives comme la Chiropraxie combinée à de la kinésithérapie ont été prouvées efficaces pour la plupart des discopathies. Beaucoup de chirurgiens consciencieux procèdent à un examen clinique minutieux avant de recommander une opération… ou pas. 

L’arthrose est un problème des personnes âgées et se faire craquer ses articulations provoque de l’arthrose : FAUX et FAUX

Qui n’a pas déjà entendu ça ? Il ne faut pas craquer ses articulations parce que cela provoque de l’arthrose. 

Non seulement c’est faux et il y a même eu une étude à ce sujet, mais c’est même plutôt le contraire ! L’arthrose est la mort cellulaire au niveau de l’articulation. La mort cellulaire est le résultat de blocage articulaire et de manque de mobilité. Les cellules du cartilage sont nourries par le mouvement articulaire qui assure la bonne circulation sanguine. Quand les articulations sont bloquées suite à des mauvaises positions, des faux mouvements, des chocs,… les cellules du disque se dessèchent et sous la pression des vertèbres, s’écrasent. Les os autour se déforment et des années après, le patent s’entend dire qu’il a de l’arthrose. Ce n’est pas la vieillesse qui provoque de l’arthrose. On la voit plus souvent chez une personne âgée parce qu’un personne à 70 ans a plus de probabilités d’avoir eu des chocs, accidents, mauvaises postures au travail,… qu’une personne de 20 ans. Mais je vois régulièrement des patients de 70 ans qui n’ont pas d’arthrose sur leur colonne et des patients de 24 ans avec énormément d’arthroses dans leur colonne cervicale parce qu’ils ont eu un sérieux accident de voiture avec coup du lapin à l’âge de 16 ans ! 

Pour finir sur le premier sujet, le fait de faire bouger les articulations en les faisant craquer redonne de la mobilité à l’articulation, ce qui est le contraire du blocage articulaire qui pourrait provoquer de l’arthrose. Donc non, craquer les articulation ne provoque pas l’arthrose !

Mais je conseille de ne pas le faire soi-même pour deux raisons : Tout d’abord quand un chiropracteur fait craquer les articulations, il va justement cibler les articulations qui sont bloquées. Pas tout et n’importe quoi. Quand on fait n’importe quoi on pourrait créer trop de mouvement à des endroits qui n’en avaient pas besoin et donc provoquer une instabilité. L’autre raison est que quand je fais un ajustement chiropratique sur un endroit (un gros mot pour dire quand je fais craquer une articulation), c’est pour avoir un effet plus ou moins spécifique au niveau des récepteurs nerveux et du système nerveux. Quand une personne se fait craquer les doigts ou la nuque n’importe comment ou quand des personnes qui ne sont pas formées comme les chiropracteurs (comme il y en a beaucoup maintenant qui manipulent à droite et à gauche sans une formation longue) manipulent les patients sans comprendre l’effet sur le système nerveux; ils pourraient exciter n’importe quoi au niveau du système nerveux…

On m’a dit que la cause des mes maux de têtes est le stress : FAUX

Le cerveau contrôle l'information de la douleur
La migraine est l’incapacité du cerveau à gérer les informations arrivant au cerveau

Nombre de personnes qui me consultent se sont entendus dire : la cause de vos problèmes est le stress ! Que ce soit pour des maux de tête, des douleurs, un acouphène,… 

Or autant il est vrai que les symptômes peuvent se déclarer pendant un moment de stress ou de fatigue, autant ce ne sont pas les causes de ces troubles. Ce sont simplement les facteurs déclencheurs. Comme pourraient l’être l’alcool, la lumière, une odeur,… pour une migraine. La grande majorité des personnes qui me consultent pour les migraines ont des problèmes de blocages et d’irritations nerveuses à la colonne vertébrale, notamment aux cervicales. C’est ce qui provoque des phénomènes de tension musculaires à la tête et des contractions et dilatations des vaisseau à l’origine de ces céphalées ou migraines. C’est donc en prenant en compte ce qui provoque vraiment les symptômes qu’on peut arriver à corriger ces problèmes et non pas simplement en masquant les symptômes ou en éliminant les facteurs déclencheurs de sa vie. Parce que tôt ou tard un autre facteur vient s’y rajouter et là il faudra éviter de sortir le jour car la lumière du jour est trop forte, de sortir la nuit car la lumière des phares des voitures est gênante, de ne pas manger de viande car on a du mal à digérer et ça donne mal à la tête, d’éviter de boire du vin, de passer devant une boulangerie car trop d’odeurs, etc. 

Arthrose du genou ? Pansez vos intestins !

Ce qui se passe dans vos intestins a des conséquences sur vos articulations

arthrose genou microbiome
L’arthrose du genou peut être lié à vos intestins

Selon une nouvelle étude publiée dans Journal of Clinical Investigation Insight, les bactéries présentes dans l’intestin, connues sous le nom de microbiome intestinal, pourraient être à l’origine de l’arthrose et des douleurs articulaires qui frappent les personnes obèses.

L’arthrose, un effet secondaire commun de l’obésité, est la plus grande cause d’invalidité aux États-Unis, affectant 31 millions de personnes. Parfois appelée «usure», l’arthrose chez les personnes obèses a longtemps été considérée comme une conséquence d’un stress excessif sur les articulations. Mais les chercheurs de l’Université de Rochester Medical Center fournissent la première preuve que les bactéries dans l’intestin – régies par l’alimentation – pourraient être la principale force motrice derrière l’arthrose.

Les scientifiques ont découvert que les souris obèses avaient plus de bactéries nocives dans leurs tripes par rapport aux souris maigres, ce qui provoquait une inflammation dans tout le corps, conduisant à une détérioration très rapide des articulations. Alors qu’un supplément prébiotique commun n’a pas aidé les souris à perdre du poids, il a complètement inversé les autres symptômes, rendant les intestins et les articulations des souris obèses indiscernables des souris maigres.

Qu’est-ce qu’un régime alimentaire occidental, riche en graisses peut faire ?

L’équipe de l’URMC, dirigée par Michael Zuscik, Ph.D., professeur agrégé d’orthopédie au Centre de recherche musculo-squelettique (CMSR), Robert Mooney, Ph.D., professeur de pathologie et de médecine de laboratoire, et Steven Gill, Ph.D. ., professeur agrégé de microbiologie et d’immunologie, ont nourri des souris un régime riche en graisses semblable à un régime occidental de «cheeseburger et milkshake».

Il a suffi de 12 semaines du régime riche en graisses pour rendre les souris obèses et diabétiques, doublant presque leur pourcentage de graisse corporelle par rapport aux souris nourries avec un régime faible en gras. Leurs colons étaient dominés par des bactéries pro-inflammatoires, et manquaient presque complètement de certaines bactéries probiotiques bénéfiques, comme l’additif commun au yogourt Bifidobateria.

Les changements dans les microbiomes intestinaux des souris ont coïncidé avec des signes d’inflammation à l’échelle du corps, y compris dans les genoux où les chercheurs ont induit une arthrose avec une déchirure méniscale, une blessure athlétique commune connue pour provoquer l’arthrose. Par rapport aux souris maigres, l’arthrose a progressé beaucoup plus rapidement chez les souris obèses, la quasi-totalité de leur cartilage disparaissant dans les 12 semaines suivant la déchirure.

« Le cartilage est à la fois un coussin et un lubrifiant, supportant des mouvements d’articulation sans frottement », a déclaré Zuscik. «Quand vous perdez cela, c’est de l’os sur l’os, c’est la fin du chemin et vous devez remplacer l’ensemble de l’articulation. »

Pouvez-vous manger votre gâteau et protéger vos articulations en même temps ?

Étonnamment, les effets de l’obésité sur les bactéries intestinales, l’inflammation et l’arthrose ont été complètement évités lorsque le régime riche en graisses des souris obèses a été complété par un prébiotique commun, appelé oligofructose. Le cartilage du genou des souris obèses qui ont mangé le supplément d’oligofructose était indiscernable de celui des souris maigres.

Les prébiotiques, comme l’oligofructose, ne peuvent pas être digérés par les rongeurs ou les humains, mais ils peuvent être benéfiques pour certains types de bactéries intestinales utiles, comme les Bifidobactéries. Les colonies de ces bactéries se sont multipliées et ont proliféré avec ces prébiotiques, s’emparant des intestins des souris obèses et évinçant les mauvais acteurs, comme les bactéries pro-inflammatoires. Ceci, à son tour, a diminué l’inflammation systémique et ralenti la dégradation du cartilage dans les genoux arthrosiques de la souris.

L’oligofructose a même rendu les souris obèses moins diabétiques, mais il y avait une chose que le supplément diététique n’a pas changé: le poids corporel.

Les souris obèses qui ont reçu de l’oligofructose sont restées obèses, portant la même charge sur leurs articulations, mais leurs articulations étaient en meilleure santé. Simplement réduire l’inflammation était suffisant pour protéger le cartilage articulaire de la dégénérescence, soutenant l’idée que l’inflammation – et non les forces biomécaniques – entraîne l’arthrose et la dégénérescence articulaire.

« Cela renforce l’idée que l’arthrose est une autre complication secondaire de l’obésité – tout comme le diabète, les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, qui ont tous une inflammation dans leur cause », a déclaré Mooney. « Peut-être, ils partagent tous une racine similaire, et le microbiome pourrait être cette racine commune. »

Avant de vous rendre au magasin de vitamines

Bien qu’il existe des parallèles entre les microbiomes de la souris et de l’homme, les bactéries qui protégeaient les souris contre l’arthrose liée à l’obésité peuvent différer des bactéries qui pourraient aider les humains. Zuscik, Mooney et Gill ont l’intention de collaborer avec des chercheurs du Consortium pour la Recherche et l’Education au Département des Anciens Combattants des États-Unis pour faire avancer cette recherche sur les humains.

L’équipe espère comparer les vétérans souffrant d’arthrose liée à l’obésité à ceux qui n’ont pas d’arthrose pour identifier davantage les liens entre les microbes intestinaux et la santé des articulations. Ils espèrent également tester si les suppléments prébiotiques ou probiotiques qui façonnent le microbiome intestinal peuvent avoir des effets similaires chez les vétérans souffrant d’arthrose comme chez la souris.

Références : Eric M. Schott, Christopher W. Farnsworth, Alex Grier, Jacquelyn A. Lillis, Sarah Soniwala, Gregory H. Dadourian, Richard D. Bell, Madison L. Doolittle, David A. Villani, Hani Awad, John P. Ketz, Fadia Kamal, Cheryl Ackert-Bicknell, John M. Ashton, Steven R. Gill, Robert A. Mooney, Michael J. Zuscik. Targeting the gut microbiome to treat the osteoarthritis of obesity. JCI Insight, 2018; 3 (8)