La Chiropraxie pour le mal de dos au lieu d’opération chirurgicale et opioides

Les résidents de l’état de l’Ohio souffrant de blessures au dos liées au travail doivent dans la plupart des cas essayer les soins chiropratiques et la physiothérapie avant de se tourner vers la chirurgie vertébrale et les analgésiques opioïdes.

Chiropraxie-mal-dos
La Chiropraxie recommandée pour les douleurs de dos

Selon les nouvelles recommandations de l’état de L’Ohio; dans la plupart des cas, les résidents de l’Ohio souffrant de lésions dorsales doivent essayer des remèdes comme les soins chiropratiques et la physiothérapie avant de se tourner vers la chirurgie du rachis et les analgésiques sur ordonnance, en partie pour réduire la surprescription d’opioïdes.

Washington, le Colorado et le Minnesota limitent déjà les paiements des travailleurs blessés pour la chirurgie, mais la politique de l’Ohio, qui est entrée en vigueur le 1er janvier, va plus loin en intégrant un avertissement d’opioïde spécifiquement dans sa restriction chirurgicale. L’état a été parmi les états le plus durement touchés par la crise d’overdose, qui selon beaucoup d’experts provient en grande partie de la dépendance aux analgésiques sur ordonnance qui peuvent déboucher dans la consommation d’héroïne.

Ce qui pose problème est l’opération chirurgicale dans laquelle des parties de la colonne vertébrale du patient sont fusionnées de façon permanente pour traiter certaines conditions, y compris la discopathie dégénérative et la lombalgie chronique sévère. Les travailleurs blessés de l’Ohio subissent une telle chirurgie environ 600 fois par an.

La nouvelle règle du Ohio Workers ‘Workers Compensation, le plus grand fonds national de travailleurs blessés, oblige un travailleur blessé à subir au moins 60 jours de soins alternatifs – tout en évitant l’utilisation d’opioïdes, si possible – avant de recourir à la fusion vertébrale sauf dans quelques exceptions près pour les blessures au dos les plus graves.

Des études ont montré que moins de la moitié des patients sont capables de retourner au travail après l’opération et qu’elle est souvent inefficace ou suivie de complications. Par la suite, la douleur des travailleurs continue souvent – ou même s’aggrave.

«Nous savons mieux maintenant qui répond mieux à la chirurgie, et nous savons aussi que certains patients ont besoin de plus de médicaments opioïdes après la chirurgie qu’ils n’en avaient besoin avant la chirurgie», a déclaré Terrence Welsh, médecin en chef du Bureau des travailleurs blessés de l’Ohio.

“Les traitements non invasifs pour les maux de dos chroniques, y compris les soins chiropratiques, se sont révélés offrir de meilleurs résultats pour la plupart des patients sur la base de nombreuses études”, a déclaré Tomshack, responsable de Health Source, une chaîne de cliniques chiropratiques. «L’Ohio prend les devants avec sa décision BWC, qui permettra de réduire la perte de productivité et les coûts pour l’État, et surtout, d’améliorer le processus de guérison pour les travailleurs blessés.”


Plus de 63 600 personnes ont perdu la vie suite à une surdose de drogue en 2016, l’année la plus mortelle de l’épidémie de surdose, selon un nouveau rapport du Centre national de la statistique de la santé.

La plupart de ces décès impliquaient des opioïdes, une famille d’analgésiques comprenant de l’héroïne et du fentanyl illicites, ainsi que des médicaments prescrits légalement tels que l’oxycodone et l’hydrocodone. Pour la seule année 2016, 42 249 décès liés aux drogues aux États-Unis – 66% du total – concernaient des opioïdes, indique le rapport. C’est plus d’un millier de plus que les 41 070 Américains qui meurent du cancer du sein chaque année.