Addiction aux anti-douleurs opioïdes : La Chiropraxie a sauvé ma vie !

Après plus de 75 interventions chirurgicales, Shilo Harris attribue à son chiropracteur Tim Novelli, de North Canton, de l’avoir aidé à rompre son addiction.

chiropracteur, douleur, anti-douleur
Procureur général de l’Ohio, Mike Wine (à gauche), Sergent Shilo Harris et Dr Patrick Enseigner, chiropracteur. Photo site canton rep.com.

Sergent Shilo Harris a été gravement blessé après que son véhicule blindé ait été frappé par un engin piégé en Irak il y a 11 ans. L’explosion, qui a tué trois de ses camarades, a causé de graves brûlures à 35% du corps de Harris, entraînant la perte de ses oreilles, du bout de son nez et de ses trois doigts, ainsi qu’une fracture de la clavicule gauche et 7 vertèbres.

Harris a subi plus de 75 chirurgies, ainsi qu’une bataille avec le syndrome de stress post-traumatique. Pendant le long processus de rétablissement, Harris a été prescrit des opioïdes pour faire face à sa douleur. Lors d’une conférence de presse pour promouvoir des alternatives aux opioïdes avec le procureur général de l’Ohio et le candidat au poste de gouverneur Mike DeWine mardi, Harris a dit qu’il ne savait pas qu’il était accro jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

Lors d’un voyage de trois heures pour visiter sa famille loin de son centre de traitement à San Antonio, Harris a manqué de médicaments. « Dans les deux ou trois heures qui ont suivi l’épuisement des médicaments, je ne pouvais pas rentrer à San Antonio assez vite », a déclaré Harris. « C’était une très forte dépendance. »

Finalement, il a été lentement sevré de ses médicaments, mais un revers majeur est venu sous la forme d’un accident de la circulation qui l’obligeait à retourner à certains des opioïdes. Harris a dit qu’il est tombé dans une dépression, et aurait pu être sans espoir s’il n’avait pas découvert des traitements alternatifs.

«Les soins chiropratiques m’ont sauvé la vie dans tous les sens», a-t-il déclaré.

Harris a déclaré que le changement a commencé quand il a rencontré Tim Novelli, un chiropracteur. Le traitement chiropratique a aidé Harris à gérer sa douleur et à surmonter sa dépendance, a-t-il dit.

« Même si c’était difficile, ça valait le voyage », a-t-il dit. « Je ne prends aucun médicament opioïde, grâce aux soins chiropratiques. »

M. DeWine a indiqué qu’il avait convoqué un groupe de travail de sociétés de gestion et d’assurances santé l’été dernier pour élaborer des options de «traitement innovateur» pour aider à combattre l’épidémie d’opioïdes. Il a déclaré qu’il attendait des recommandations de ce groupe dans quelques semaines, mais a ajouté que l’objectif de la conférence de presse de mercredi était d’attirer l’attention sur d’autres méthodes de traitement de la douleur.

Selon l’école de médecine de Harvard, l’exercice, la perte de poids, la psychothérapie et même la méditation et d’autres alternatives sont disponibles à la place des opioïdes, qui peuvent être très addictifs. En 2016, plus de 4 300 personnes sont décédés des suites d’opioïdes dans l’état d’Ohio. Les décès par surdose de drogue en Ohio ont augmenté de 39% entre la mi-2016 et la mi-2017, selon un précédent rapport Dispatch.

Harris a déclaré que l’épidémie d’opioïdes était plus qu’un problème de vétéran ou de l’Ohio, mais un problème national. « Nous devons agir maintenant et cela commence ici aujourd’hui », a déclaré Harris. « Cette crise doit cesser. »

Article traduit du site cantonrep.com

Des analgésiques opioïdes à une transformation du système de santé

Des alternatives non-médicamenteuses pour la prise en charge de la douleur gagnent du terrain parmi le public et les professionnels de santé.

Traduit de l’article « From opioid epidemic comes transformation in health care »

douleurs de dos et médicaments
Solutions pour douleurs de dos

De la sombre dévastation de l’épidémie d’opioïdes vient une transformation pleine d’espoir dans les soins de santé. C’est une transformation dans le traitement de la douleur qui a reçu peu d’attention, mais elle est en bonne voie et prend de l’ampleur à mesure que les experts cherchent de meilleures solutions pour mettre fin à l’épidémie d’opioïdes.

Avant que nous puissions apprécier le potentiel de cette métamorphose dans la gestion de la douleur, nous devons comprendre clairement comment l’épidémie a commencé.

Plus de 4 000 habitants de l’état d’Ohio sont morts en 2016 suite à des surdoses de drogue, et non parce qu’ils étaient simplement des toxicomanes à la recherche de leur dernière dose. Un trop grand nombre d’entre eux ont entamé la voie sombre de la toxicomanie pour soulager la douleur, croyant que les dernières pilules contre la douleur n’étaient pas addictives. Quand les analgésiques ne procuraient pas un soulagement adéquat, les experts en matière de douleur ont recommandé aux médecins d’administrer des doses plus élevées. Lorsque les pilules ne suffisaient plus, qu’elles coûtaient trop cher ou que le médecin hésitait à prescrire d’autres médicaments, l’héroïne devenait la solution facile.

Cette constellation de facteurs a créé un problème de drogue de proportions épidémiques.

Deux groupes de patients frappés particulièrement durement par l’épidémie d’opioïdes sont les vétérans militaires et ceux blessés au travail. Les deux groupes souffrent de blessures douloureuses importantes traitées par les analgésiques opioïdes. Les décès par surdose de drogue chez les anciens combattants ont été deux fois plus élevés que la moyenne nationale, tandis que les décès par surdose de drogue chez les travailleurs blessés de l’Ohio ont été trois fois la moyenne déjà élevée de cet état des Etats-Unis.

Avec une compréhension de l’origine de l’épidémie d’opioïdes, il y a un nouvel espoir, alors que les experts de tous les organismes de soins de santé et du gouvernement américain reconnaissent une alternative aux analgésiques opioïdes. En réponse à l’épidémie, l’Ohio a publié l’une des premières lignes directrices sur la gestion de la douleur, recommandant que la douleur soit traitée avec des options non médicamenteuses comme la Chiropraxie ou l’acupuncture en premier. L’Administration fédérale des médicaments, l’Institut de médecine et les centres de contrôle et de prévention des maladies ont présenté des recommandations similaires pour les traitements antidouleur non médicamenteux en tant que traitement de première intention.

Plus tôt cette année, le Journal de l’American Medical Association a publié une étude démontrant que la manipulation chiropratique est un traitement sûr et efficace pour la douleur de la colonne vertébrale. Consumer Reports (sorte de 50 millions de consommateurs américain) a rapidement suivi avec un rapport recommandant la manipulation chiropratique, étant donné que 90% des patients qui l’ont essayé l’ont trouvé utile.

Ensuite, l’American College of Physicians (Une association des médecins) a rejoint la vague croissante de soutien pour le traitement non médicamenteux dans le cadre de ses lignes directrices de traitement de la douleur de dos mis à jour. Ces lignes directrices recommandaient d’essayer d’abord le traitement chiropratique et non médicamenteux, avant même l’acétaminophène et l’ibuprofène, qui sont jugés moins efficaces et plus risqués par de grandes études médicales.

Une transformation commence.

Dans le cadre de ses efforts pour réduire la consommation d’opioïdes et les surdoses de travailleurs blessés, le “Bureau of Workers Compensation” (Branche de Sécurité Sociale pour les blessures au travail) de l’Ohio a publié de nouvelles règles qui imposent 60 jours de traitement conservateur comme la Chiropraxie avant de subir une arthrodèse lombaire (en raison de risques élevés de consommation d’analgésiques opioïdes suite à l’opération). Le ministère chargé des vétérans réduit les prescriptions d’opioïdes en faveur des alternatives de traitement non médicamenteux. Même les hôpitaux locaux cherchent des moyens d’accroître l’éducation et l’accès à des traitements antidouleur non médicamenteux afin de respecter les nouvelles lignes directrices des hôpitaux nationaux qui entreront en vigueur le 1er janvier.

De vastes études utilisant les données nationales de Medicare et les données d’assurance du New Hampshire ont confirmé que l’augmentation du traitement chiropratique est associée à une réduction significative des prescriptions d’opioïdes ainsi qu’à une réduction des coûts des soins de santé.

Les dirigeants du gouvernement américain encouragent la transformation. Les procureurs généraux de 37 États ont envoyé une lettre aux assureurs demandant une meilleure couverture des traitements antidouleur non médicamenteux comme la Chiropraxie, et l’état de Rhode Island a adopté une loi exigeant la couverture de ces services par les assureurs. La Commission du Président sur la lutte contre la toxicomanie et la crise des opioïdes a recommandé que Medicare et les assureurs privés suppriment les restrictions prohibitives en matière de coût pour la Chiropraxie et d’autres alternatives aux opioïdes. La candidate de l’Ohio au poste de gouverneur, Mary Taylor, a publié un plan pour lutter contre l’épidémie d’opioïdes qui comprend une couverture accrue pour les traitements non médicamenteux.

Le soutien pour les traitements chiropratiques et non médicamenteux atteint des niveaux historiques. Jamais auparavant nous n’avions vu autant d’experts à l’intérieur et à l’extérieur des soins de santé reconnaître ces alternatives aux médicaments. Ces recommandations sont également cohérentes avec ce que les patients veulent, selon un récent sondage publié par Gallup, qui a rapporté que 78% des Américains préfèrent essayer d’autres options pour traiter leur douleur physique avant de prendre des médicaments prescrits.

La FDA a recommandé que les fournisseurs qui traitent la douleur soient éduqués sur les traitements non médicamenteux, y compris la Chiropraxie et l’acupuncture. L’éducation et les changements d’habitudes prennent du temps, et la couverture d’assurance incite encore financièrement à utiliser des pilules contre la douleur par rapport aux soins alternatifs. Jusque-là, c’est aux patients de s’éduquer, ainsi qu’à leurs amis et leur famille, sur des alternatives non médicamenteuses aux opioïdes; et c’est à nous tous d’exiger une meilleure couverture de ces options.