Plasticité neuronale et mode de vie : Comment comprendre cette relation?

Suite à l’article précédent sur l’exercice et la plasticité neuronale chez des personnes dépressifs et sains, je ne résiste pas au plaisir de traduire l’éditorial du même numéro du journal “Neural Plasticity”.

 

Les modes de vie influent sur la plasticité neuronale
Le cystème nerveux contrôle la douleur et e bien-être

Notre cerveau a cette extraordinaire capacité à expérimenter des changements fonctionnels et structurels avant même les stimuli environnementaux, la demande cognitive ou notre expérience. L’exercice, le régime alimentaire, un régime de sommeil approprié et les habitudes de lecture font partie des activités proposées pour induire des effets sur l’architecture cérébrale – un mode de vie actif semble induire des changements du fonctionnement du cerveau favorisant le bien-être et une meilleure qualité de vie. Ce numéro spécial a pour but d’approfondir les connaissances sur la relation entre la plasticité neuronale et un mode de vie sain.

L. Mandolesi et ses collègues présentent une approche globale des effets environnementaux sur la plasticité neuronale dans «Environmental Factors Promoting Neural Plasticity». La combinaison de concepts tels que la réserve cérébrale et la réserve cognitive permet de comprendre comment différents modes de vie influencent l’architecture et la fonction cérébrale. Par conséquent, on pense que l’activité physique, un régime de sommeil approprié et certains régimes alimentaires favorisent un meilleur fonctionnement cognitif, ce qui entraîne une réduction des déficits comme ceux associés au vieillissement. En ce sens, C. Phillips nous montre comment atteindre la santé physique et psychologique dans sa revue “Les modes de vie en tant que modulateurs de Neuroplasticity : Comment l’activité physique, l’engagement mental, et l’alimentation favorisent la santé cognitive pendant le vieillissement.”

L’activité physique a été proposée comme modulateur de l’activité cérébrale et de la cognition tout au long de la vie. Dans leur étude «La modalité de l’exercice est associée de façon différentielle à la neurocognition chez les personnes âgées», Y.-K. Chang et ses collègues, concluent que les exercices aérobiques et un programme d’exercices coordonnés ont des effets bénéfiques dans le test Stroop chez les individus de 55 à 70 ans. Après analyse, les auteurs soulignent comment l’onde N450 est réduite chez les sujets qui font des exercices, ce qui pourrait se refléter dans l’activité réduite du cortex cingulaire antérieur, une zone du cerveau liée aux processus de résolution de conflit. L’amplitude plus faible de l’onde N450 peut indiquer une capacité de résolution plus élevée dans le test Stroop. En ligne avec ce travail, C.-H. Chu et son équipe («Exercice aigu et développement neurocognitif chez les préadolescents et les jeunes adultes), proposent qu’un simple programme d’exercices (20 min) chez les préadolescents et les jeunes adultes améliore les performances du test Stroop.

D’autre part, M. Tajerian et JD Clark passent en revue les interventions de médecine alternative dans «Interventions non pharmacologiques dans le ciblage de la plasticité cérébrale liée à la douleur.» Leur analyse inclut non seulement plusieurs de ces interventions (distraction, méditation, thérapie comportemental cognitive, etc.) mais aussi les mécanismes de plasticité sous-jacents à chacun d’entre eux. Bien qu’il n’y ait pas de données concluantes, il semble que les thérapies alternatives pourraient être un excellent complément aux interventions pharmacologiques classiques.

Les facteurs de stress sont parmi les agents qui affectent la neuroplasticité et qui pourraient désavantager le bien-être, car les événements stressants peuvent induire des effets négatifs sur le fonctionnement cérébral et cognitif. MS Henry et son équipe proposent qu’une résilience plus élevée pourrait réduire les résultats négatifs liés au stress dans leur revue «Enképhalines: Analgésiques endogènes avec un rôle émergent dans la résilience au stress». Le concept de résilience est la capacité d’une personne à s’adapter à des conditions défavorables qui peuvent arriver dans la vie. C’est un processus complexe combinant des capacités d’adaptation avec des processus neurobiologiques et l’interaction entre eux. L’étude de la résilience est susceptible de prolonger notre compréhension des troubles affectifs tels que la dépression et l’anxiété.

Au cours des dernières années, il a été proposé que des habitudes saines (exercice, régime, etc.) pourraient favoriser la résilience. M. S. Henry conclut que les enképhalines (ENK) pourraient jouer un rôle important dans la promotion de la résilience, en augmentant l’adaptabilité du sujet à l’environnement. Compte tenu de la distribution des enképhalines et de leurs récepteurs dans l’hippocampe, l’amygdale (AMG), le cortex préfrontal médian (mPFC) et le noyau accumbens (NAc), ces neurotransmetteurs opioïdes sont proposés non seulement pour exercer des effets analgésiques, mais aussi pour affecter les réponses émotionnelles. Ce travail étend l’action des enképhalines à des régions comme la zone préoptique et le noyau de la strie terminale (BST) en ce qui concerne la résilience au stress. Par conséquent, la modulation de l’expression des encéphalites ou ou DOPr / MOPr dans des régions circonscrites ou la modulation de circuits neuronaux sélectionnés semble être plus appropriée.

Enfin, X. Chen et son équipe ont analysé dans leur étude “L’effet rapide du bisphénol-A sur la potentialisation à long terme dans l’hippocampe implique des récepteurs d’œstrogènes et l’activation ERK”, les effets du bisphénol sur les processus liés à la mémoire tels que la potentialisation à long terme. Le bisphénol A (BPA) est un composé synthétique largement utilisé dans les plastiques polycarbonates et les résines époxy, par exemple dans les récipients pour aliments et boissons, les prothèses dentaires, les disques compacts et les biberons. Son action sur la fonction endocrinienne a été évaluée dans de nombreuses études, montrant que de faibles doses peuvent inhiber la différenciation sexuelle et conduire à des résultats pertinents à l’âge adulte. X. Chen et son équipe montrent que le bisphénol A exerce des effets dose-dépendants sur la potentialisation à son terme de l’hippocampe. L’exposition au BPA à faible dose a amélioré la LTP, tandis que l’exposition à une dose élevée a inhibé la LTP par rapport aux témoins. Ces effets nécessitent la participation du récepteur d’œstrogène associé à la membrane (ER).

Nous avons essayé d’inclure dans ce numéro spécial ces études qui analysent le rôle des habitudes saines et comment elles peuvent affecter la plasticité cérébrale. L’objectif de ce numéro spécial était de donner un aperçu de la recherche actuelle sur la promotion de la qualité de vie.

 

NDLR :

Traduit de la page https://www.hindawi.com/journals/np/2017/9506181/ avec quelques changements pour rendre l’article plus lisible

En résumé, que faut-il comprendre de cet article et des études parues dans ce numéro ? Que les bienfaits observés suite aux exercices, aux changements d’alimentation, aux interventions thérapeutiques sont le fruit de changements dans la fonction et la structure du cerveau par une adaptation, une rééducation du cerveau (la plasticité neuronale). Dans des articles à venir, on s’intéressera aux travaux entrepris dans ce sens en Chiropraxie, notamment les travaux de la chercheuse nouvelle-zélandaise Heidi Haavik.

Exercice et plasticité neuronale chez des sujets dépressifs

L’exercice favorise la plasticité neuronale chez les sujets sains et les sujets dépressifs

Dépression et cerveauLes troubles de la mémoire sont des symptômes cognitifs fréquemment rencontrés chez les personnes souffrant de trouble dépressif majeur et persistent souvent malgré un traitement antidépresseur.
Des études de neuro-imagerie ont identifié une activité hippocampique anormale au cours des processus de mémoire dans les troubles dépressifs majeurs. L’exercice en tant que traitement complémentaire pour la dépression est une stratégie thérapeutique prometteuse qui améliore l’humeur, la fonction cognitive et la structure et la fonction neuronales.

Pour faire progresser notre compréhension de la façon dont l’exercice influe sur la fonction neuronale dans les troubles dépressifs majeurs, nous devons également comprendre comment l’exercice influe sur les personnes en bonne santé sans dépression. Une étude pilote a analysé les effets d’exercices pendant huit semaines sur la fonction hippocampique chez des individus faiblement actifs sains et des individus faiblement actifs avec trouble de dépression majeur.

Les résultats ont montré une amélioration marquée des scores de dépression pour le groupe dépressif et et aucun changement dans les performances de la mémoire pour les deux groupes. Les résultats d’IRM fonctionnelle ont montré une diminution marginalement significative de l’activité hippocampique dans les deux groupes après les 8 semaines d’exercice.

Ces résultats suggèrent que l’exercice peut améliorer l’efficacité neuronale chez les individus à faible activité, tout en entraînant un effet de l’humeur sensiblement supérieur pour ceux qui souffrent de troubles dépressifs majeurs.

Référence : Joanne Gourgouvelis, Paul Yielder, and Bernadette Murphy, “Exercise Promotes Neuroplasticity in Both Healthy and Depressed Brains: An fMRI Pilot Study,” Neural Plasticity, vol. 2017, Article ID 8305287, 13 pages, 2017.