Football : taper souvent le ballon avec la tête n’est pas bon pour les footballeurs

Les footballeurs qui tapent souvent le ballon avec la tête sont susceptibles d’avoir les symptômes semblables à une comotion

tête football et commotion
Les coup de tête au football pourraient augmenter le risque de commotion

A la veille de la finale de la coupe du monde 2018, nous adorons tous quand Giroud fait rentrer le ballon dans le but adverse avec un coup de tête, mais… différentes études ont montré que  taper le ballon avec un coup de tête, pose des problèmes similaires à une commotion.

Selon une nouvelle étude publiée dans le journal Neurology, les joueurs de football qui font des têtes sont trois fois plus susceptibles d’avoir des symptômes de commotion cérébrale que les joueurs qui ne font pas souvent des têtes.

Les joueurs dont la tête a été heurtée deux fois ou plus dans une période de deux semaines étaient six fois plus susceptibles d’avoir des symptômes de commotion cérébrale que les joueurs qui n’avaient pas de traumatisme crânien involontaire (comme un ballon frappant l’arrière de la tête ou la tête entrant en collision avec le genou d’un autre joueur).

“Ces résultats montrent que faire une tête est en effet lié aux symptômes de commotion cérébrale, ce qui est contraire à une étude récente suggérant que seules les collisions étaient responsables de la plupart des commotions cérébrales”, explique Michael L. Lipton, MD, Ph.D. de la faculté de médecine Albert Einstein de New York. “Les résultats soulèvent des préoccupations sur les effets à long terme de faire une tête.”

L’étude a impliqué des joueurs de football amateur adultes qui ont joué au moins six mois de l’année dans des ligues ou des clubs dans la ville de New York. Les joueurs ont rempli un questionnaire en ligne sur la fréquence à laquelle ils ont joué au football au cours des deux semaines précédentes, combien de fois ils ont eu des impacts de tête involontaires et combien de fois ils ont fait une tête.

On leur a également demandé à quelle fréquence ils présentaient des symptômes dus aux impacts de la tête. L’impact modéré a été défini comme une douleur modérée et des vertiges. L’impact grave a été défini comme un sentiment d’étourdissement, d’arrêt de jeu ou de besoin de soins médicaux. Un impact très grave a été défini comme une perte de connaissance. Les participants pouvaient remplir à nouveau le questionnaire tous les trois mois.

Parmi ceux ayant des impacts de tête, 20% présentaient des symptômes modérés à sévères. Sept personnes ont eu des symptômes très graves. Parmi ceux-ci, six personnes ont eu deux impacts de tête involontaires ou plus au cours des deux semaines; quatre étaient dans le groupe qui avait tapé le plus souvent le ballon avec la tête et trois dans le groupe qui avait tapé moins souvent le ballon avec la tête.

Les membres du groupe ayant tapé le plus souvent le ballon avec la tête étaient trois fois plus susceptibles d’avoir des symptômes que ceux qui avaient moins tapé le ballon avec la tête. Les joueurs ayant eu deux impacts involontaires ou plus étaient six fois plus susceptibles d’avoir des symptômes que ceux n’ayant pas d’impacts non intentionnels. Les joueurs ayant un impact involontaire étaient trois fois plus susceptibles d’avoir des symptômes que ceux n’ayant aucun impact involontaire.

Références : Symptoms from repeated intentional and unintentional head impact in soccer players, Walter F. Stewart, PhD, MPH, Namhee Kim, PhD, PhD, Chloe S. Ifrah, BA, Richard B. Lipton, MD, Tamar A. Bachrach, BA, Molly E. Zimmerman, PhD, Mimi Kim, ScD and Michael L. Lipton, MD, PhD, Neurology, doi: 10. 1212/ WNL. 0000000000003657, published online 1 February 2017.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *