Un verre ça va…

Ils avaient raison dans les années 80 avec leur slogan : “un verre ça va, trois verres, bonjour les dégâts !”

alcohol et le cerveau
Boire modérément de l’alcool préserve le cerveau

2 études récentes, une publiée en Juillet 2017 et une autre en février 2018 montrent l’effet bénéfique d’une consommation modérée d’alcool pour le cerveau !

Dans la première étude; menée par des chercheurs de l’Université de San Diego, La Jolla, en Californie; il a été montré une corrélation entre une consommation modérée d’alcool et une santé cognitive prolongée, ainsi que pour la longévité.

L’auteur principal de l’étude, Dr Linda McEvoy, explique que leur recherche est, à leur connaissance, la première en son genre; il prend spécifiquement en compte la fréquence de consommation d’alcool dans une population plus âgée.

«Cette étude est unique parce que nous considérons la santé cognitive des hommes et des femmes à un âge avancé et que la consommation d’alcool est associée non seulement à une mortalité réduite, mais aussi à des chances accrues de rester cognitivement en bonne santé».

Dans la deuxième étude faite sur des souris, des scientifiques du Centre médical de l’Université de Rochester (URMC) à New York ont ​​découvert que boire l’équivalent d’environ 2,5 boissons alcoolisées par jour pouvait réduire l’inflammation cérébrale et augmenter le fonctionnement du système glymphatique, qui est responsable de l’élimination des déchets du cerveau.

Cependant, une forte exposition à l’alcool altère le fonctionnement glymphatique et augmente l’inflammation cérébrale.

Il ne devrait pas être surprenant qu’un excès d’alcool puisse nuire à la santé. En fait, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’alcool contribue à «plus de 200 problèmes de santé» et cause environ 3,3 millions de décès chaque année dans le monde.

De plus en plus, cependant, la recherche a suggéré qu’un peu d’alcool peut nous faire du bien. Une étude publiée l’année dernière a, par exemple, suggéré que la consommation modérée d’alcool pourrait réduire le risque de diabète, tandis que d’autres recherches ont associé la consommation modérée d’alcool avec un meilleur fonctionnement cognitif.

La nouvelle étude fournit des preuves que boire modérément pourraient aider à nettoyer le cerveau des toxines.

Fonction glymphatique améliorée

Le système glymphatique est un processus de nettoyage du cerveau dans lequel le liquide céphalo-rachidien est «pompé» dans le cerveau, où il élimine les déchets potentiellement dangereux.

Ces déchets comprennent des protéines bêta-amyloïdes et tau, dont l’accumulation est une caractéristique de la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs ont constaté que lorsque les rongeurs ont été exposés à de fortes doses d’alcool pendant une longue période, ils ont montré une augmentation des marqueurs inflammatoires. Cela était particulièrement visible dans les astrocytes, ou les cellules qui aident à contrôler la fonction glymphatique.

De plus, une forte exposition à l’alcool nuit au fonctionnement cognitif et à la motricité des souris.

Cependant, l’équipe a découvert que les souris auxquelles on avait administré de faibles doses d’alcool démontraient non seulement une réduction de l’inflammation cérébrale, mais aussi leur fonction glymphatique améliorée, comparativement à un groupe témoin qui n’a pas été exposé à l’alcool.

Elle ajoute qu’un certain nombre d’études ont associé une consommation d’alcool faible à modérée avec un risque plus faible de démence. “Cette étude peut aider à expliquer pourquoi cela se produit”, explique le Dr Nedergaard. “Plus précisément, de faibles doses d’alcool semblent améliorer la santé globale du cerveau.”

Alcohol drinking, aging, cognitive impairment, cohort study, longevity, Journal of Alzheimer’s Disease, vol. 59, no. 3, pp. 803-814, 2017

Beneficial effects of low alcohol exposure, but adverse effects of high alcohol intake on glymphatic function, Scientific Reports, volume 8, Article number: 2246(2018)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *