Une pensée pour le père Noël…

Dans quelques heures; petits et grands; on espère avoir été assez sage pour être sur la liste de ceux à qui le père noël apportera un cadeau. Certains iront jusqu’à laisser un petit quelque chose pour le père noël pour qu’il n’ait pas faim pendant cette soirée où il a beaucoup à faire…
L’année dernière nous avons parlé des risques de santé au travail pour le père noël (Santé au travail : le cas inquiétant de Père Noël)… et pourquoi, il ferait mieux d’avoir un bon chiropracteur pendant cette période !

pere-noel-chiropracteur
Blitzen, appelles mon chiropracteur et prends un rendez-vous le plus rapidement possible

Cette année on s’intéresse à une étude américaine sur les calories consommés cette nuit par le pauvre père noël !
Les deux chercheurs de New York Medical college, qui se souciaient apparement de la santé de père Noël… ont analysé plusieurs études pour faire leurs calculs. Voici le résultat de leur étude :

En 2013, une enquête a révélé que 49% des adultes américains ayant des enfants prévoyaient de se préparer à l’arrivée du père Noël, tout comme un surprenant 22% des adultes qui n’étaient ni parents ni tuteurs. Selon l’Enquête de recensement américain, il y a 118 860 065 ménages aux États-Unis, d’une taille moyenne de 2,65 personnes. Parmi eux, il y avait 36 ​​846 620 ménages avec enfants de moins de 18 ans. Si 49% des ménages américains avec enfants préparent l’arrivée du père Noël, cela donne 18,1 millions de ménages. En outre, si 22% des ménages sans enfants se préparent à l’arrivée du Père Noël, cela donne 18,0 millions de ménages supplémentaires, pour un total de 36,1 millions de ménages qui laisseront de côté les biscuits et le lait (ou un autre en-cas approprié).

Si chaque maison met trois biscuits et en supposant que le biscuit moyen contient 50 à 100 calories, plus un verre de lait de 23 centilitres (environ 135 calories), le père Noël pourrait consommer l’équivalent de 275 calories en visitant chaque maison. Par conséquent, avant la fin de la nuit, il aura consommé environ 9,9 milliards de calories, rien qu’en visitant les États-Unis. Cette collation est composée principalement de glucides et de lipides. Pour tenir compte de l’effet thermique des aliments, supposons généreusement que 10% de ces calories soient utilisées dans le processus de digestion, ce qui laisse 8,9 milliards de calories. En supposant que le Père Noël équivaut à un homme actif de 60 ans et de 110 kg, d’une hauteur de 1,8 m, sa dépense énergétique totale journalière peut être estimé à 3301 calories par jour.

Une consommation de 8,9 milliards de calories dépasserait de 2,7 millions fois les besoins quotidiens habituels du père Noël. Même si le Père Noël répartissait sa consommation sur les 365 prochains jours jusqu’au Noël suivant, la consommation quotidienne de calories dépasserait la consommation standard de plus de 7300 fois par jour. On pourrait se demander si ces calories sont compensées par son travail difficile  de la nuit. Malheureusement, c’est peu probable. Par exemple, supposons que le Père Noël doit monter une cheminée de 4 m à chaque sortie de maison. Le travail nécessaire pour l’élever lui et son sac de cadeaux (peut-être 160 kg au total) jusqu’à une cheminée de 4 m ne représente que 1,5 Calories (6,3 kJ). Ce qui correspondrait à 54,2 millions de Calories dépensés pour visiter tous les ménages aux États-Unis.

Bien qu’il soit probable que certaines des hypothèses que nous avons formulées soient incorrectes, empêchant de déterminer avec précision le nombre de calories consommées par le père Noël au cours de la dernière veille de Noël, il est néanmoins évident que ce nombre serait énorme. Mais le Père Noël ne prend pas de poids et revient année après année apparemment à peu près au même poids. Le fait que le père Noël ait un taux de métabolisme extraordinairement élevé, ou peut-être qu’il ait subi une chirurgie bariatrique ayant provoqué de manière inattendue un grave degré de malabsorption, ne correspond pas à son poids stable ni à son apparence de bonne santé.

Au lieu de cela, nous ne pouvons que conclure que c’est un miracle de Noël !

Références :

Wien Klin Wochenschr. 2018 janvier; 130 (1-2): 73-75. doi: 10.1007 / s00508-017-1306-8. Epub 2018 8 janvier. Combien de calories le père Noël a-t-il consommées la veille de Noël? Wormser GP1, Ladenheim A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *