TDA, TDAH : Déficit d'attention avec ou sans Hyperactivité

5 à 10% d'enfants touchés

Environ 5 à 10% des enfants souffrent d'un ensemble de troubles conduisant au diagnostic de TDA, TDAH, troubles de comportement, troubles d'apprentissage, etc. Ces troubles peuvent se présenter sous différentes formes plus ou moins présentes chez un enfant : déficit d'attention, hyperactivité, impulsivité, anxiété, timidité, entêtement, faible estime de soi, rejet par les autres, toubles de comportement, aggressivité, difficultés académiques, etc.

Aujourd'hui beaucoup d'experts s'accordent à dire que ces troubles sont le résultat de facteurs environnementaux chez des enfants qui peuvent avoir une prédisposition. Les facteurs connus à ce jour sont la pollution environnementale, un accouchement traumatisant, consommation de cigarettes, drogues ou certains médicaments pendant la grossesse, absence d'activité physique chez l'enfant, le stress pendant la grosesse, etc.


    Enfant avec TDA / TDAH / troubles d'apprentissage

Développement et fonctionnement du cerveau

Des forces et des faiblesses

L'hypothèses la plus vraisemblable aujourd'hui est que ces toubles sont dus à des problèmes de développement, de connectivité et de synchronization entre les hémisphères et/ou certaines parties du cerveau.

Par conséquent le cerveau a du mal à contrôler les informations internes et externes et réagir par rapport à ces informations. L'enfant présente des troubles d'attention parce qu'il a du mal à inhiber les informations venant de son environnement (bruits, mouvements,...). Il présente des troubles de comportement parce qu'il a du mal à inhiber ses envies, peurs, colères et fait ou dit ce qui n'est pas admis dans la société...

Et en même temps ce défaut de développement de certaines parties du cerveau pourrait être compensé par un développement plus soutenu d'autres endroits, d'où des enfants précoces avec un QI élevé, mais avec des difficultés de concentration, de troubles de comportement, etc.

Enfants précoces avec TDA

La Chiropraxie et la TDAH

Combinaison gagnante entre soins naturels et neurosciences

La chiropraxie en soi n'est pas un traitement pour le TDAH. Néanmoins quelques études de cas suggèrent une amélioration des symptômes dans les troubles de comportement et de déficit d'attention.

La spécialité en neurologie fonctionnelle nous a permis de mettre en place un programme combinant les connaissances récente en neurosciences avec une approche non médicamenteuse comprenant des exercices cognitifs, vestibulaires et vestibulo-oculaires, conseils nutritionnels mais aussi soins Chiropratiques spécifiques, qui permettent d'aider rapidement les enfants avec les troubles de déficit d'attention avec ou sans hyperactivité, troubles d'apprentissage, dyspraxie, dyslexie,...

Pour en savoir plus sur le programme, connectez vous au www.cerebrostim.com

    Solutions pour troubles d'apprentissage, TDA et TDAH

Etudes de cas sur le TDA et TDAH

Les soins chiropratiques pour les enfants souffrant de troubles de déficit d'attention / Hyperactivité : une étude de cas retrospective

Cette étude publiée en 2011 a constaté une amélioration des symptômes (hyperactivité, impulsivité, déficit d'attention, troubles émotionnels et de comportement) chez 4 enfants âgés de 8 à 13 ans qui avaient été diagnostiqué TDAH et dont 3 avaient déjà pris des médicaments pour ces troubles.

The Chiropractic Care of Children with Attention-deficit/Hyperactivity Disorder: A Retrospective Case Series. Explore (NY). 2010 (May); 6 (3): 173–182

Changements dans le comportement et apprentissage suite aux soins chiropratiques chez un enfant avec TDAH

Cette étude de cas a montré une amélioration des symptômes chez un enfant de 8 ans avec TDAH, troubles d'apprentissage et troubles de comportement. Pendant et suite aux deux mois de soins, les parents ont remarqué une amélioration dans le comportement, et une diminution de ses maux de tête. A l'école, ses professeurs ont remarqué une amélioration dans le comportement et résultats scolaires.

Behavioral and Learning Changes Secondary to Chiropractic Care to Reduce Subluxations in a Child with Attention Deficit Hyperactivity Disorder: A Case Study. Journal of Vertebral Subluxation Research ~ October 4, 2006 ~ Pages 1-6

Etude de cas : Gestion chiropratique d'un enfant avec TDAH

Cette étude de cas présente un enfant de 4 ans diagnostiqué TDAH, avec aggressivité, Dyspraxie, troubles de comportement, retard de langage... Le soins comprenaient des ajustements chiropratiques, changement d'habitudes alimentaires, exercices proprioceptifs, et des suppléments. Tout au long des soins, tous les aspects se sont améliorés, notamment le retard de langage.

Chiropractic Management of a Child with ADD/ADHD. Journal of Vertebral Subluxation Research ~ September 6, 2007 ~ Pages 1-4

Cas d'étude d'une jeune fille avec TDAH

Etude de cas d'une patiente de 7 ans avec troubles d'attention, troubles de comportement ettroubles de sommeil. Suite aux soins chiropratiques et changements d'habitudes alimentaires, les parents ont remarqué une amélioration dans le comportement et le travail accompli par l'enfant.

Successful Care of a Young Female with ADD/ADHD & Vertebral Subluxation: A Case Study. Journal of Vertebral Subluxation Research ~ June 23, 2008 ~ Pages 1-7

Une évaluation des manipulations chiropratiques pour le traitement de l'hyperactivité chez les enfants

Les résultats de cette étude suggèrent que les soins chiropratiques peuvent devenir un traitement important non-médicamenteux pour les enfants hyperactifs.

An evaluation of chiropractic manipulation as a treatment of hyperactivity in children. Giesen JM, Center DB, Leach RA. JMPT 1989; 12:353-363.

Les effets des soins chiropratiques sur des étudiants avec des problèmes d'apprentissage et de comportement

Un groupe de 12 enfants hyperactifs sous médicaments ont été comparés à 12 enfants recevant des soins chiropratiques. Les derniers ont montré une amélioration des problèmes d'hyperactivité et d'attention ainsi que coordination moteur. Les enfants sous soins médicaux ont montré une amélioration des problèmes d'hyperactivité et d'attention au début (pas de changement de coordination moteur) mais ont dû augmenter les doses de médicaments au fur et à mesure (étant donné que les médicaments ne faisaient plus effet après un certain temps). Plus de la moitié des enfants sous médicaments ont eu des changements d'humeur, de perte d'appetit et d'insomnie. L'étude a conclu que les soins chiropratiques étaient 20 à 40 % plus efficaces que les médicaments.

The effect of chiropractic treatment on students with learning and behavioral impairments resulting from neurological dysfunction (part 1). Brzozowske WT, Walton EV. J. Aust Chiro Assoc 1980;11(7):13-18.

Etudes de cas sur l'hyperactivité

Une étude sur 12 mois et concernant 22 enfants agés de 6 à 16 ans a trouvé des améliorations dans le comportement, la discipline et les notes à l'école, après des soins chiropratiques.

ADHD - A multiple case study. Wendel P, International Chiropractic Pediatric Associa-tion. March/April 1998.

Etude de cas : Epilepsie, énurésie et hyperactivité

Un enfant de 8 ans souffrant de d'épilepsie, d'énurésie et d'hyperactivité a reçu des soins chiropratiques avec des améliorations constatées pour tous les symptômes : énurésie résolué, comportement et notes en classe améliorés et épilepsies passant de 10 à 12 crises par jour à 8 à 10 par semaine.

Epileptic seizures, Nocturnal enuresis, ADD. Langley C. Chiropractic Pediatrics Vol 1 No. 1, April, 1994.

Premier rapport sur l'étude d'hyperactivité

2 études de cas concernant chacune un enfant souffrant d'hyperactivité et qui ont montré des signes d'amélioration.

First report on ADD study. Webster L. International Chiropractic Pediatric Association Newsletter. Jan. 1994.

Hyperactivité et problèmes de marche

Un enfant de 6 ans souffrant d'énurésie, d'hyperactivité et de problèmes de marche a montré des amélioration suite aux soins chiropratiques.

ADD, Enuresis, Toe Walking. International Chiropractic Pediatric Association Newsletter May/June 1997.

Une étude de cas : enfant de 7 ans

Une amélioration a été constatée chez un enfant hyperactif âgé de 7 ans, après des soins chiropratiques.

Case Studies. Male - age 7 years. Webster, L. Chiropractic Showcase Magazine, Vol. 2, Issue 5, Summer 1994.

Etude de cas : l'effet d'utilisation des manipulations vertébrale sur le problème d'hyperactitivité

Un enfant de 10 ans avec des problèmes d'hyperactivité depuis 3 ans, ainsi que d'otite, maux de tête et symptômes allergiques a reçu des soins chiropratiques. Une amélioration de l'hyperactivité et une résolution des autres symptômes a été constatée.

Case study: the effect of utilizing spinal manipulation and craniosacral therapy as the treatment approach for attention deficit-hyperactivity disorder. Phillips CJ. Proceed-ings on the National Conference on Chiropractic and Pediatrics (ICA), 1991:57-74.

Une étude de cas : l'approche chiropratique à l'hyperactivité

Un enfant de 11 ans diagnostiqué avec l'hyperactivité et scolarisé dans une école spécialisée a reçu des soins chiropratiques. Il souffrait aussi d'otites à répétition, problèmes de machoire à répétition, intoxication au plomb et allergie alimentaire. Il a été constaté une amélioration au niveau académique et de contrôle de soi.

A multi-faceted chiropractic approach to attention deficit hyperactivity disorder: a case report. Barnes, T.A. ICA Int'l Review of Chiropractic. Jan/Feb 1995 pp.41-43.

Important

Les informations fournies ici ne remplacent en aucun cas les conseils et la consultation avec votre chiropracteur ou médecin. Les études ou articles cités sont à titre d'information et suggèrent la possibilité de l'efficacité des soins pour un problème donné.
De plus les études de cas sont des études de faible qualité et ne sont pas des preuves absolues de l'efficacité d'un traitement ou des soins pour u problème particulier, mais pourraient suggérer un effet positif à considérer et dévoucher des études de plus grandes envergures.

 

Témoignages

James

Mon fils James de 6 ans ½ est un enfant précoce qui présente des troubles visio-spaciaux.
(QI : 140 avec une prédominance du verbal sur le non verbal, note de 10/19 à l’épreuve des cubes).

James a présenté depuis son entrée à l’école, beaucoup de difficultés relationnelles au sein du groupe. Il ne parlait pas à ses institutrices jusqu’à la découverte de sa précocité, courant de la troisième année de maternelle. Au bout de quelques mois de CP, il s’est plaint d’ennui à l’école, puis a sombré dans la dépression. Il refusait de se rendre à l’école prétextant des maux de ventres, de têtes….
Il commençait à avoir de mauvais résultats à l’école, sans que nous puissions en expliquer la cause (il connaissait les réponses mais n’arrivait pas à restituer).
Il a été suivi par un pédopsychiatre, spécialisé dans les enfants précoces. James n’avait selon lui pas besoin de suivi particulier.
Une amie, connaissant les problèmes de James en classe, m’a conseillé de consulter. Elle savait que le Docteur Alemi s’occupait par ailleurs d’enfants autistes, il pourrait donc peut-être faire quelque chose pour James. Elle avait elle-même fait suivre son fils qui souffrait de troubles de la concentration et avait très rapidement remarqué une amélioration plus que significative dans ses résultats scolaires suite aux soins du Docteur Alémi.

Le Docteur Alemi présente une réelle empathie envers ses patients. Il écoute et cherche réellement à répondre au problème rencontré. Il cherche à corriger l’origine du problème et non à traiter les symptômes. Il a identifié une dysharmonie entre les deux hémisphères du cerveau de James, ce qui expliquait ses troubles visuo-spatiaux. Un hémisphère du cerveau étant plus développé que l’autre, les interconnexions entre les deux se faisaient mal, et expliquaient les difficultés rencontrées par James.
De plus, la zone du cerveau de James qui gère la sociabilité était déficiente. Il a proposé de stimuler cette partie du cerveau et l’hémisphère déficient pour le remonter au même niveau que l’autre hémisphère afin que les connexions se fassent mieux.
En premier lieu, James est maintenant un enfant heureux, ce qui était notre première préoccupation. Il est content d’aller en classe. Il est capable d’évoluer en groupe, de s’adresser à un adulte…. Et d’autre part, il a des résultats excellents à l’école. James est moins agité, moins nerveux, mange beaucoup mieux. Il a retrouvé sa joie de vivre, recommence à jouer, ce qu’il ne faisait plus depuis 1 an.
Suite aux résultats obtenus sur mon fils, je fais également suivre ma fille de 2 ans qui présentait une hyperactivité, et de l’irritabilité. Les résultats ont également été immédiats en terme de relation aux autres.

Fabien

Fabien souffre de déficit de l’attention caractérisé par des difficultés de langage et d’apprentissage (diagnostique de Trouble Envahissant de Développement sans être autiste)..
Depuis plusieurs années il bénéficiait avec des progrès spectaculaires des bienfaits de l’ajustement chiropratique effectué par le Docteur Alemi. En début d’année 2011, nous avons accepté de lui faire suivre le programme CerebroStim mis en place par le Docteur Alemi.
Après une série de tests pour faire le point sur ses potentialités et insuffisances du fonctionnement cérébral, Fabien a commencé ses séances avec Marion. Nous avons vu en quelques jours combien Fabien évoluait en étant très curieux et interrogatif à propos de tout ce qu’il voyait. Il cherchait lui-même sur internet et dans le dictionnaire des réponses, ce qui n’était pas le cas au préalable.
Mais ce qui nous a convaincu de l’efficacité de la démarche c’est la réaction des enseignants, des orthophonistes et des différents accompagnants de Fabien (ses moniteurs de natation, son prof de chant) : ils sont tous unanimes à reconnaître qu’il fait de progrès à pas de géant et ils soulignent la qualité de son travail scolaire, sa volonté réussie de faire plus que le niveau qu’on lui demandait habituellement.
Nous remarquons également des progrès dans la gestions du temps et de l’impatience : Fabien ne supportait pas de rester à attendre trop longtemps dans un lieu et nous avons été ravis de voir qu’il nous a suivi plusieurs heures quand sa sœur a eu à subir une intervention chirurgicale. Il est resté très patient et s’inquiétait en posant des questions aux infirmières sur l’état de santé de sa sœur.
Nous nous apprêtons à partir pour une réunion de famille pour un mariage en Allemagne et là il nous a surpris encore en s’intéressant au sujet par des recherches sur le lieu, le région, la langue et en choisissant avec soin sa tenue en arpentant plusieurs boutiques : impensable il y a quelques mois.
Voilà, nous sommes plus que convaincu de l’apport du programme pour Fabien et nous attendons la suite avec impatience.

Article sur cerveau tdah

Article sur corriger le fonctionnement du cerveau naturellement

    Selon les épidémiologistes, entre 5-20% des enfants de nos contrées souffrent d’un ou de plusieurs troubles tels que l’hyperactivité, le déficit d’attention, les troubles de l’apprentissage, les troubles du comportement, les problèmes de retard de développement, les troubles obsessifs- compulsifs, le syndrome de Tourette (tics), la dysfonction cérébrale mineure, le syndrome d’Asperger ou encore l’autisme. Et la tendance est à l’accroissement.

    Lire la suite

     

 

chiropracteur, spécialiste du dos

Votre chiropracteur

Avec plus de 20 ans d'expérience aux Etats-Unis et en France, Denis Alemi est le premier chiropracteur français diplômé de l'ordre (américain) de neurologie chiropratique en 1997.

  • Diplômé "Doctor of Chiropractic" (D.C.) avec mention, de la faculté "Life Chiropractic College-West" (Californie) en 1994
  • Diplômé en neurologie chiropratique en 1997 (D.A.C.N.B. : Diplomate of the American Ciropractic Neurology Board)
  • Titulaire de "National Board of Chiropractic Examiners" et de "State Board of Chiropractic Examiners" de l'Etat de Californie (les examens d'état nécessaires pour exercer aux Etats-Unis et dans l'état de Californie)
  • Membre et ancien vice-président de l'Association Française de Chiropratique; et ancien représentant de la France auprès de la "Fédération mondiale de la Chiropratique" et participant à l'assemblée annuelle de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS)
  • Ancien enseignant à l'Institut Franco-Européen de la Chiropratique (Paris)