Posture de la tête en avant et problèmes d’épaules et nerfs périphériques

Posture de la tête en avant – V

 

Nous avons déjà parlé de la posture de la tête en avant (voir page I de l’article), du lien entre cette rectitude cervicale et douleurs cervicales, arthrose cervicale et hernie discale (voir page II de l’article)  et du lien avec les maux de tête et migraines (sans oublier les névralgies d’Arnold) (voir page III de l’article) et du lien avec des troubles respiratoires (voir page IV de l’article). Aujourd’hui je vais parler des articles sur la posture de la tête an avant et problèmes d’épaules, du canal carpien et des nerfs périphériques.

Comme je le disais auparavant, ces pages sont aussi bien pour les personnes intéressées par les études à ce sujet que pour des professionnels qui pourraient ne pas connaitre ces liens. En tant que particulier, vous pouvez demander à votre médecin, kinésithérapeute, ou praticien de consulter ces pages. Si vous souffrez de problèmes d’épaule ou du syndrome du canal carpien, consultez un chiropracteur pour voir si vos problèmes ne sont pas liés aux problèmes cervicaux.

Et encore une fois, vu le nombre important d’études, je n’ai fait que mettre des résumés ou les conclusions des études, mais vous pouvez cliquer sur les liens pour lire le résumé, et pour les professionnels, lire la totalité de l’article si cela vous intéresse (pour certaines études, il faut avoir un accès spécial pour lire l’article en entier). Les études sont citées dans l’ordre chronologiques en commençant par les études les plus récentes jusqu’aux plus anciennes (de 2021 à 2001).

 

Perte de la lordose cervicale et problèmes d’épaule

Novembre 2020

Titre de l’article : La posture de la tête en avant change-t-elle l’espace sous-acromial en élévation active ou passive du bras?

Conclusion : La posture de la tête vers l’avant est l’un des troubles musculo-squelettiques les plus courants qui semble affecter l’articulation de l’épaule à travers les muscles partagés entre la région de la tête et du cou et la ceinture scapulaire.

La distance acromiohumérale était significativement plus faible dans le groupe avec une posture de la tête en avant sévère que dans le groupe avec un alignement normal de la tête et du cou pendant l’élévation du bras à 45°.

Les chercheurs recommandent aux cliniciens s’occupant des patients avec certains problèmes d’épaule de s’intéresser aussi à la posture de la tête et du cou des patients.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33250012/

 

Mars 2015

Titre de l’article : L’effet de la posture de la tête vers l’avant sur l’activité musculaire pendant la protraction et la rétraction du cou

Conclusion : Les activités électromyographiques des muscles trapèze moyen, splénius et sterno cléido-mastoidien ont montré des différences significatives entre le groupe témoin et le groupe avec la posture de la tête en avant.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4395757/

 

Octobre 2010

Titre de l’article : Influence de la posture de la tête en avant sur les rotateurs ascendants scapulaires lors de la flexion isométrique de l’épaule

Conclusion : La Posture de la tête en avant peut contribuer à la douleur au cou et à l’épaule pendant la flexion de l’épaule en charge et en position assise au travail. Ces résultats suggèrent que le maintien d’une position normale de la tête est avantageux pour réduire l’activité soutenue des trapèzes supérieurs et inférieurs et améliorer l’activité du muscle grand dentelé par rapport à la posture de la tête en avant pendant la flexion de l’épaule en charge.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20850044/

 

Aout 2010

Titre de l’article : La posture de la tête et des épaules affecte la mécanique scapulaire et l’activité musculaire dans les tâches avec les bras au dessus de la tête

Conclusion : Les personnes atteintes d’une posture de la tête ana avant et des épaules arrondies présentaient une rotation interne scapulaire significativement plus importante avec moins d’activité du muscle grand dentelée, pendant les deux tâches ainsi qu’une plus grande rotation scapulaire vers le haut et une inclinaison antérieure pendant la tâche de flexion par rapport au groupe de posture idéale. Ces résultats soutiennent l’hypothèse clinique selon laquelle la posture de la tête en avant et des épaules arrondies a un impact sur la mécanique de l’épaule indépendamment de la douleur à l’épaule.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20097090/

 

Avril 2010

Titre de l’article : Les effets d’exercice sur la posture de la tête en avant et les postures arrondies des épaules chez les nageurs d’élite

Conclusion : Les nageurs de compétition peuvent souffrir, à des niveaux variés, de douleurs à l’épaule, qui peuvent ou non limiter leur activité régulière. Une étude a montré que 47 % des nageurs universitaires déclarent ressentir des douleurs à l’épaule persistant pendant 3 semaines ou plus, entraînant une éventuelle altération ou l’arrêt de leurs routines de natation. Cette douleur à l’épaule, appelée « épaule du nageur », englobe plusieurs pathologies dont la tendinite de la coiffe des rotateurs, l’instabilité de l’épaule et le conflit sous-acromial. L’épaule du nageur peut être le résultat de plusieurs facteurs tels que des défauts d’alignement postural, une cinématique scapulaire altérée et des déséquilibres musculaires entourant l’épaule et l’omoplate.

La posture de la tête en avant est associée à un raccourcissement des muscles trapèze supérieur, du splenuis et du semi-épineux, des érecteurs du rachis cervical et de la musculature de l’élévateur de l’omoplate. Cette posture peut changer la position de l’omoplate et diminuer la capacité de l’omoplate à pivoter vers le haut, une caractéristique commune trouvée chez les patients présentant un conflit sous-acromial. La recherche a montré que la posture de la tête en avant est significativement plus élevée chez les personnes souffrant de douleurs à l’épaule par rapport à une population en bonne santé. La posture de l’épaule arrondie est une déviation vers l’avant des épaules associée à une position prolongée de l’omoplate causée par un déséquilibre musculaire entre un petit pectoral raccourci et un trapèze moyen allongé. La posture de la tête en avant place également les positions antérieures du trapèze inférieur et du dentelé, dont on pense qu’elles influencent négativement l’inclinaison de l’omoplate. Cela peut être important car une inclinaison scapulaire antérieure accrue et une rotation interne scapulaire sont associées à un conflit sous-acromial. Ces altérations de la mécanique scapulaire sont liées à un petit pectoral plus court et à une diminution de l’activité du dentelé antérieur et du trapèze inférieur.

Le but de cette étude était d’évaluer les effets de 8 semaines d’entraînement physique sur la posture de la tête en avant et des épaules arrondies, la force de la ceinture scapulaire et les résultats cliniques chez les nageurs universitaire de la division I.

Les résultats de cette étude suggèrent que les interventions préventives visant à améliorer les déviations posturales semblent améliorer la posture et diminuer l’impact de la douleur à l’épaule. La fonction de l’épaule, bien que non statistiquement différente après l’intervention, a démontré une tendance à une diminution du niveau de douleur et de dysfonctionnement perçus de l’épaule. Cette tendance suggère qu’il pourrait y avoir une relation entre la correction de la posture de la tête en avant et des épaules arrondies, et de la douleur à l’épaule.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20371564/

 

Perte de la lordose cervicale et syndrome du canal carpien

 

Septembre 2009

xSyndrome du canal carpien et lordose cervicaleTitre de l’article : Augmentation de la posture de la tête vers l’avant et restriction de l’amplitude des mouvements cervicaux chez les patients atteints du syndrome du canal carpien

Conclusion : Les patients atteints du syndrome du canal carpien léger / modéré présentaient une plus grande posture de la tête en avant et une moindre amplitude cervicale de mouvement, par rapport aux témoins sains. De plus, une posture de la tête en avant plus élevée était associée à une réduction de l’amplitude des mouvements cervicaux.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19721213/

Perte de la lordose cervicale et problèmes au niveau des nerfs périphériques

Juin 2020

Titre de l’article : Les effets de la posture de la tête sur les études de conduction nerveuse chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante

Conclusion : Le trouble de la posture de la tête en avant qui se développe chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante peut avoir des effets électro-physiologiques, similaires à ceux du syndrome du défilé thoracique. De plus, l’état fonctionnel de ces patients s’aggrave à mesure que la gravité de la posture de la tête en avant augmente.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31292936/

Juin 2020

Titre de l’article : Évaluation neurodynamique et études de conduction nerveuse chez des patients ayant une posture de la tête en avant

Conclusion : Les différences de conduction nerveuse les plus significatives chez les patients avec une posture de la tête en avant modérés à sévères étaient une diminution des amplitudes du potentiel d’action nerveuse sensorielle et du potentiel d’action musculaire composé des nerfs médians, une diminution de l’amplitude du potentiel d’action nerveuse sensorielle des nerfs ulnaire, un retard de la latence de la réponse F des nerfs ulnaire et prolongation de la latence du potentiel d’action nerveuse sensorielle du nerf cutané antébrachial médial. En conclusion, la posture de la tête en avant rend les patients plus sujets aux compressions périphériques.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29779092/

Perte de la lordose cervicale et qualité de vie chez les patients souffrant de spondylarthrite ankylosante

Juin 2015

Relation entre l’alignement sagittal cervical et la qualité de vie chez les patients avec une spondylarthrite ankylosante

Les paramètres sagittaux cervicaux se sont avérés significativement différents chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante et les témoins normaux. L’analyse de corrélation a révélé des relations significatives entre les paramètres radiographiques et la qualité de vie. En particulier, l’axe vertical sagittal C2-C7 s’est avéré être un prédicteur significatif de la qualité de vie chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25112941/

 

Résumé :

Ces différentes études montrent qu’il peut y avoir une association entre d’une part la perte de la lordose cervicale ou posture de la tête en avant et d’autre part des problèmes au niveau de l’épaule (douleurs, épaule du nageur, tendinite, conflit sous-acromial), du poignet (syndrome du canal carpien) et des troubles de la conduction nerveuse.

D’ailleurs depuis toujours les chiropracteurs ont privilégié une approche globale de ces problèmes en corrigeant les troubles au niveau de la colonne vertébrale que ce soit pour des problèmes d’épaules, du poignet, du genou…. Ce qui explique pourquoi les sportifs de haut niveau ou amateurs ont recours aux soins de Chiropraxie pour trouver des solutions pour leurs problèmes articulaires et musculaires. Quand d’autres praticiens se focalisent sur l’endroit de la douleur ou des symptômes, le chiropracteur peut être amené à travailler à d’autres niveaux, notamment la colonne vertébrale, pour corriger les problèmes au niveau des extrémités.

Dans le prochain article sur le même sujet, je parlerai des études concernant les liens entre la posture de la tête an avant et les troubles d’équilibre et de la proprioception.

Leave a reply